Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2016

Pâte en chou et non pâte à choux

   Quand "les grands esprits se rencontrent", ça donne une note et une recette peu commune.
Regardez un peu le hasard : Dans un magazine Fémina Hebdo, j'arrache la page d'une recette parce que je sentais qu'il fallait la tester et certainement la modifier. La page attendait sur mon bureau.

C'est le moment qu'a choisi Alexis pour m'envoyer un lien... vers la même recette !! De deux choses l'une : Soit Alexis et moi avons des antennes reliées à 1200 km de distance, soit ladite recette est au top de la tendance culinaire !!!

De quoi s'agit-il ? De réaliser une pâte à tarte (ou à pizza) sans farine, sans gluten et sans gras, rien que ça ! L'ingrédient majeur étant... le CHOU FLEUR !!

20101013-ks-cauliflower1.jpg
Bien entendu cette pâte est destinée aux "végan", aux personnes souffrant de la maladie cœliaque (donc allergiques au gluten) ainsi qu'à celles qui font un régime amincissant.

Mais j'avoue avoir été très égoïste en m'y intéressant de près, car (j'ignore pourquoi) je ne peux plus digérer les pâtes à tarte du commerce, même les "pur beurre" et les "sans huile de palme", nada, elles stagnent au niveau de mon œsophage, se bloquent là, gonflent et seul un comprimé de citrate de bétaïne les en chassent...
Je soupçonne les levures d'être de plus en plus à effet retard. Bref, j'ai cherché partout la fameuse recette et j'en ai trouvé... beaucoup trop, trop de copies et de rares essais détaillés.

Alors on va voir la chose tous ensemble, j'y mettrai de nombreux NOTA car vous verrez que chacun peut décliner la "pâte en chou" à son goût et puis si vous avez déjà tenté l'expérience, on profitera de vos lumières.

Premier point : Le travail est plus long que dérouler une pâte toute prête ! J'en entends déjà qui grincent des dents du côté du Var....
coup pied.jpg
IMPORTANT : On a besoin uniquement des fleurettes, donc on évacue leurs "pieds" trop durs qui iront dans un gratin ou une soupe, ils ne sont pas perdus.

Pour un premier essai, un chou fleur de petite taille conviendra (entre 300 et 500 g).
rice.jpg
Les fleurettes se font exploser dans le bol du robot, comme pour un taboulé végétal (que j'adore), la "semoule" de chou remplaçant haut la main celle de couscous.

Mixer quelques secondes, ouvrir l'appareil pour mélanger et donner encore quelques tours si des fleurettes n'ont pas éclaté mais ne pas faire une bouillie.
chou bouilli.jpg
Si on a un micro-ondes, mettre les grains de chou dans un petit fond d'eau et les cuire 1 minute à la puissance maxi. Sinon, les cuire 3 minutes à l'eau bouillante salée (photo ci-dessus).

NOTA : La majorité des recettes emploient les grains de chou CRUS. J'ai testé, la pâte se casse, se craquelle, c'est pas bien, les ASSOUPLIR par une brève cuisson me semble plus cohérent.
torchon sur pass.jpg
Ensuite, il faut essorer la "semoule" et AUCUNE PASSOIRE NE CONVIENT, ni le chinois, ni le tamis en fil.
On place donc un torchon propre dans une passoire pour y verser les grains et enfin les PRESSER fortement :
presser fort.jpg
C'est sans doute le geste le plus incontournable
de notre petite affaire : Si on ne TORD pas le torchon à fond, le chou restera imbibé d'eau, la pâte finale aussi... Ce serait un échec.

NOTA PRATIQUE : Pour récupérer votre torchon, ne le placez pas tout de suite dans le lave-linge. Secouez-le dehors puis laissez-le sécher. Secouez-le à nouveau et là, il ne devrait plus y avoir de grains adhérant au tissu, il peut être lavé avec d'autres linges sans souiller le tambour de la machine.
cumin chou parmes poiv.jpg
Ensuite, sont rassemblés dans un saladier : La "semoule" de chou + du Parmesan râpé
* + une bonne pincée d'herbes de Provence** + 1 blanc d’œuf*** + poivre + sel**** On mélange soigneusement à la fourchette.

NOTA :

* Le fromage : En proportion, si le chou pesait 300 g, il y en aura 50 g.
Il peut être remplacé par de la poudre d'amande.

** Herbes de Provence : J'ai préféré mettre une bonne pincée d'origan et de cumin pour son parfait mariage avec le chou mais aussi pour sa qualité d'aide digestive.

*** La recette demandait 1 œuf entier pour une petite pâte et 2 œufs pour un chou de 500 g.
Il m'a semblé que le jaune d’œuf n'avait pas sa place dans cette pâte ultra légère qui cuira au four ; si on met de l’œuf entier, autant cuire la "galette" à la poêle, non ? ce qui est à essayer.
Donc, un liant étant indispensable pour agglomérer tous les ingrédients qui sont presque secs, j'ai opté pour un blanc d’œuf seul. En prévoir 2 si le chou pèse plus de 300 g au départ. Mais ainsi, le liant est acalorique et neutre.

**** Le sel : On ne sale pas si on choisit l'option Parmesan, on sale avec l'option poudre d'amande.
sulfu ho.jpg
Ensuite, on découpe un cercle de sulfurisé au diamètre du moule. Il sera badigeonné d'huile d'olive au pinceau, cela est indispensable, vous allez voir pourquoi un peu plus loin...

Puis, la majorité des recettes recommandent de placer une feuille de sulfu sur la table, d'y déposer le mélange, de le couvrir d'une seconde feuille de papier pour enfin étaler la pâte au rouleau.
Et bien si on agit ainsi, on ne peut pas VOIR l'épaisseur de la pâte ! J'ai donc fait autrement :
tasser main pas fin.jpg
Avec le plat de la main, j'ai tassé la préparation puis égalisé le contour au couteau. Cela m'a permis de conserver une bonne épaisseur de pâte sans laquelle la "galette" se briserait.
dessous colle.jpg
Au bout de 20' de cuisson au four à 180°, le papier sulfurisé ne souhaitait pas se décoller du fond (photo ci-dessus : la "galette" est renversée).

Pour ne rien casser, j'ai repassé la chose telle quelle au four 10', le papier étant resté collé à la pâte.
envers à cuire.jpg
Et là, le sulfu se décolle tout seul, le dessous de la pâte est donc bien cuit, d'où l'importance de graisser le papier.
fin.jpg
Voilà la pâte terminée, le dessus est bien doré, le dessous idem.

Il ne reste plus qu'à la garnir à son goût, soit de légumes crus ou cuits (champignons, fonds d'artichauts, tomates cerises, etc... soit façon pizza, l'imagination et le contenu du frigo feront le reste...
Une petite "crème" réalisée avec du fromage blanc battu + oignon + poivre et herbes viendra (si on le souhaite) napper et relier les éléments de la garniture.

Avant de servir, passer la "tarte" sous le grill du four sans la quitter des yeux, juste quelques secondes :
Our-Best-Bites-Cauliflower-Pizza-Crust.jpg
ENFIN UNE PIZZA QUI NE NOUS RESTE PAS SUR L'ESTOMAC ! Le tout se digère comme dans un rêve...
DSC067911.jpg
Et ça tient !

CONCLUSION : En ayant beaucoup tâtonné sur cette nouveauté, après avoir éliminé x copies de copies de recettes non testées, on arrive à un résultat très savoureux tout en étant ultra light mais oui, c'est quand même un petit chantier à mettre en route... au moins la première fois !

Le goût du chou sait se faire discret, la pâte "biscuitée" rappelle la texture des fonds de cheesecakes.
Une chouette alternative pour les intolérants à la farine et pour toutes celles qui pensent déjà à leur maillot de bain...

03/03/2016

Coulis d'orange

   Juste une petite "ficelle" pour améliorer l'aspect et la saveur d'un dessert modeste ou... raté : Gâteau au yaourt un peu cramé, cake trop bourratif, boules de glace discount, tarte desséchée, etc.

Vanilla-Coconut-Panna-Cotta.JPG
Imaginez la même panna cotta SANS son coulis... ça le ferait moins !

Bien entendu, celui de fruits rouges est superbe mais en saison hivernale, pourquoi ne pas réaliser un coulis d'orange lumineux ?

Je vous propose deux versions très simples :
** Une avec la pulpe d'orange qui sera mixée (donc un peu plus longue à préparer)
** Une autre à base de jus frais sans que l'on ait besoin de mixer. Attention, ne pas utiliser de jus d'orange du commerce, il est stérilisé et ne prendra qu'avec de la gélatine.
sauce_ingredients.jpg
LES INGRÉDIENTS POUR UN PETIT BOL DE COULIS (il nappera soit un gâteau, soit 6 verrines, soit un fond de tarte... à l'orange ou à la clémentine)

-- 3 ou 4 oranges
-- 90 à 100 g de sucre en poudre
-- Le zeste râpé (petits trous grille fine) de 1/2 orange

Orange-Zest-1-1.jpg
La puissance du parfum viendra de ce zeste très humide. Si comme bibi vous avez la chance d'avoir des oranges amères, voilà un bon moyen de leur faire la peau ;-). Donc on râpe 1/2 orange.
DSC_0098.JPG

VERSION RAPIDE :

* Presser le jus de toutes les oranges, le verser dans une casserole, y adjoindre le zeste râpé et le sucre.
* Chauffer sur feu moyen, remuer au fouet manuel puis laisser réduire. Dès que le liquide épaissit, baisser le feu mais continuer à cuire jusqu'à ce que la consistance soit sirupeuse (photo ci-dessus).

Ce coulis peut se préparer 3 à 4 jours à l'avance et se conserve au réfrigérateur.
Si vous êtes lancée pour en faire un grand volume, mettez le coulis en petits pots puis stérilisez-les 20 minutes à forte ébullition. Il se congèle aussi parfaitement.

Orange_Chicken_Sauce.jpg
VERSION UN PEU PLUS LONGUE :

* Dépiauter les gousses des oranges en ayant soin de bien retirer les peaux blanches et les cloisons.
* En faire des menus morceaux au couteau, les mettre dans une casserole.
* Ajouter zeste et sucre.
* Cuire comme une confiture en remuant souvent au fouet.
* Lorsque la consistance convient, utiliser le mixeur plongeant (hors du feu) et donner quelques tours de façon à obtenir une "purée" bien homogène (photo ci-dessus).
* Remettre la casserole sur le feu, donner encore quelques bouillons, vérifier la consistance et c'est fini.
DSC_0487.JPG
Conservations identiques à la précédente version
mais ce coulis-là est beaucoup plus épais, plus couvrant et donc moins translucide que l'autre. Tout dépend de ce que l'on veut en faire !

Si on prend l'exemple d'un gâteau dont la surface a carrément cramé, on sauve la cata en enlevant la calotte brûlée au couteau-scie puis on recouvre le gâteau avec le coulis le plus épais ; alors que pour une crème ou une panna cotta, le coulis version rapide suffit amplement.
blood-oranges.jpg
Et puisque c'est la saison, usez et abusez des oranges sanguines pour vos coulis, ils prendront une magnifique couleur violine avec une saveur plus vive.

   Il est toujours bon d'avoir un petit coulis en réserve, il sauve et anoblit bon nombre de desserts !

28/02/2016

Râpée, l'aubergine !

   Vous connaissez l'histoire de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours ? Et bien on est en plein dedans !

Avec Tomyam nous échangeons parfois des petites recettes ; dernièrement, elle écoutait la radio et a tendu son oreille gourmande lorsqu'une auditrice "végan" donnait une recette d'aubergine... Vite elle la note puis hop, un petit mail à Maryse.
C'est comme toujours, on a le déclic ou on ne l'a pas. Là, je l'ai eu.
Sitôt dit, sitôt fait et la recette fait boule de neige !

Il faut donc RÂPER une ou plusieurs aubergines. En voilà une idée qu'elle est géniale !
Fini les bains d'huile, fini le gras qui surnage, fini les aubergines longues à travailler puisqu'il faut cramer leur peau pour en retirer la pulpe...

Lorsque je me suis mise à râper mon aubergine espagnole, lol, j'ai pensé que cette recette devait être d'origine indienne, aussi y ai-je ajouté quelques épices et du piment. On y va !

canon-062.jpg
D'abord, on pèle l'aubergine, c'est inhabituel mais on s'en fiche ! La pulpe blanche ne le reste pas longtemps, elle s'oxyde au contact de l'air et ça aussi on s'en fiche puisqu'elle deviendra brune au final.
Détail pratique : il vaut mieux utiliser une râpe à gros trous.

heat-oil-ghee-in-a-pan-add-onion-garlic-cumin-seeds.jpg
Ensuite, dans une poêle, un wok ou une sauteuse, on fait blondir un mélange d'ail et d'oignon (proportions suivant les goûts) dans un peu d'huile d'olive (en Inde, on emploierait du ghee, le beurre clarifié). J'y ai fait tomber quelques graines de cumin car en chauffant, leur parfum devient plus intense.

Une fois que le mélange est bien doré et translucide, on y verse notre chair d'aubergine râpée.
Il faut remuer souvent, laisser réduire et je dirai même "sécher" le tout.

Puis, vient le tour de la tomate concassée ou en coulis, là aussi dans les proportions que vous aimez.
On parfume avec une bonne pincée de thym (à la belle saison, on ajouterait du basilic), avec une rasade de curcuma et du piment à volonté, sans oublier le sel, le poivre et les herbes aromatiques que l'on a (ciboule, coriandre...). Une vraie sauce tomate aux parfums du Sud, quoi !

On baisse le feu pour laisser mijoter un peu et même si j'ai loupé la photo de cette étape tomatée, sachez que l'opération est rapide.
Keema_Bharta.jpg
Et voilà ! Une compotée d'aubergine excellente et rapide à préparer qui va impec sur des tranches de pain grillé, à manger aussi bien chaude que froide et attendez, c'est pas tout... le lendemain, elle est encore meilleure, façon caviar d'aubergine !

Un petit plat préparé la veille pour le dimanche soir ? En accompagnement de riz ou de pâtes ? Une farce à légumes sans viande ? Tout est permis !

   Bien sûr, il faut aimer les aubergines et nous sommes hors saison mais n'oubliez pas cette petite recette, elle vaut son pesant d'or ! Bon, j'ai un peu trop forcé sur le piment, j'y ai laissé mon épiderme buccal mais je me suis régalée. On dit merci qui ? Merci Tomyam !