Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2017

HOYA ou le bel aventurier...

   Ni ça se mange, ni ça se boit, tant pis !

Le Hoya Carnosa n'est pas une plante, c'est MA plante et ma fierté ^^

Petit historique, vous allez comprendre...

il_570xN.834008647_87ix.jpg
Le Hoya est une liane tropicale qui s'accroche aux troncs d'arbres et affectionne quelques rais de lumière... mais pas trop, la belle déteste le soleil.
C'est en tous cas ce qui est écrit dans les livres...

J'ai toujours rêvé de posséder un Hoya parce qu'il est magique, surprenant et que sa beauté unique le fait surnommer "Fleur de Cire" ou "Fleur de porcelaine" mais la comparaison avec la cire lui va à la perfection.
En jardinerie, il est extrêmement rare et si il est présent, son prix est rébarbatif.

Lors d'un échange de boutures, j'ai rencontré une dame qui possédait un Hoya (photo ci-dessus chez elle).
Multiplier cette plante n'est pas simple, on ne coupe pas n'importe où, la technique est très précise.
Nous avons sympathisé et quelques jours plus tard, voici ce que je ramenais dans ma véranda :
164995777_2_l.JPG
MON bébé Hoya aux feuilles vernies tachetées d'argent !!

J'ai alors cherché un spécialiste de l'espèce afin de ne pas commettre d'erreurs et grâce à un site Internet, je l'ai trouvé.
Ravie d'avoir les conseils d'un professionnel, j'ai malgré tout fait triste mine lorsqu'il m'a dit ceci :

- JAMAIS de soleil direct.
- N'espérez pas de floraison avant 6/7 ans mais comptez plutôt 10 ANS (j'en aurais pleuré).

Bon.... La bouture de Hoya a cherché sa place. Elle émettait une tige minable sans feuille et je m'obstinais à lui fournir le meilleur endroit, bardant la baie de rideaux afin que le soleil ne la brûle pas...
Nous étions en 2014. En 2015 j'en ai eu marre de le voir végéter, j'ai foutu le Hoya sur un coin de table dans ma véranda, en plein soleil, oubliant même de l'abreuver et m'occupant des orchidées et autres princesses des sous-bois qui elles me donnaient satisfaction... je l'ai carrément zappé !

7404521942_6492834f88_c.jpg
C'est en plein soleil sous une chaleur étouffante que la plante a commencé à se développer, bravant ainsi tous les dictats botaniques.
Début 2017, j'aperçois ces curieuses excroissances... qui sont en fait des bourgeons de boutons floraux !!!!

Vite, je saute sur le téléphone pour appeler le pépiniériste-conseilleur.
Réaction :
- Mais madame, ce que vous me dites-là est impossible voyons ! En plein soleil par plus de 40°, une bouture de 3 ans à peine.... Non, non, je ne vous crois pas une seule seconde !

J'aime pas trop qu'on me prenne pour une truffe.
L'homme de l'art reçoit illico les photos du Hoya en boutons et je l'invite à venir constater par lui-même.
Il est venu, il a vu, j'ai vaincu ^^

hoyaen grappe de boutons.jpg
Les boutons (photo ci-dessus) se développent en étoiles. Il y a 7 bouquets sur la liane. Une curiosité s'il en est...
Et ce fut long avant qu'un beau matin je découvre ceci :
hoya.jpg
Les boutons ont éclos, les fleurs de cire pleurent un nectar inodore mais aussi poisseux et comestible que le miel (vous voyez les gouttes ?).

Dans la journée, la baie de la véranda est ouverte. L'insecte qui convient à la plante pour la polleniser et faire en sorte qu'elle soit odorante est un papillon de nuit tout à fait quelconque mais merci à lui, il a bien bossé !

Quelques jours plus tard, le parfum capiteux qui s'échappe des fleurs est assez incroyable tant en intensité qu'en définition, on dira un mélange de jasmin et de gardénia. Il est presque insoutenable, étouffant, envoutant... et nocturne uniquement mais assez puissant pour embaumer tout le logement jusqu'à midi.

quelquesfleurs ouvertes ce matin !!!.jpg
Dire que je jubile est un doux euphémisme... je pavoise, je me gargarise, je plastronne !!
Moi qui avais peur de casser ma pipe avant de voir fleurir le Hoya.... je n'en reviens pas, aucun spécialiste n'explique ce phénomène et je dois dire très honnêtement que je m'en fous !!!

hoyac.jpg
Voilà la liane telle qu'elle est à ce jour, j'avoue que je m'interroge sur son devenir, elle aurait besoin de courir sur le mur ? Comment la rendre plus heureuse ? 
On verra. En attendant, le Hoya ne cesse de produire des fleurs, se contente d'un verre d'eau par semaine (plus, le contrarie), il fait sa vie comme bon lui semble, il décide de tout, aussi... je le laisse libre de ses choix pour le moins capricieux.

Serais-je touchée par la grâce des anges botanistes ? Je n'en sais rien, mais c'est sûr, LE miracle est là !

05/08/2017

Bombes à graines : Des boules de vie

   Pouf.lechat est l'instigatrice de cette note (et des scans photos) car elle travaille en bibliothèque et a saisi un nouveau livre au passage pour nous en faire profiter :
seedcouv.jpg
De Josie Jeffery aux éditions "Plume de carotte", prix : 18 euros.
Consultable en bibli, si on ne l'achète pas.

En parallèle, Internet fournit aussi de nombreuses informations sur ces bombes très pacifiques !
On y reviendra...

page6.jpg
POURQUOI FABRIQUER ET LANCER DES BOMBES A GRAINES ?

Parce que si un jardin se sème, nous aimerions revoir des prairies utiles aux abeilles, aux oiseaux et à divers insectes, il nous faut agir.... parfois de loin !
Depuis la vitre de la voiture, on lancera (avec prudence pour ne pas éborgner le tit cycliste qui roule tranquillement ^^) des bombes à graines vers les lieux désertés en campagne, vers les voies de chemins de fer et les bords des routes.
En ville, on visera les voies du tramway, les lieux abandonnés, les abords des immeubles... la liste est infinie et toujours diverse.
page1.jpg

LE PRINCIPE :
On amalgame des graines dans du terreau + de l'argile et une fois l'ensemble humide, on roule la préparation en façonnant des boules qui seront mises à sécher.
Ainsi, une fois lancées, les bombes libèreront les semences endormies mais prêtes à germer.

Ici, en cliquant sur ce lien, un site reprend la fabrication point par point.

page2.jpg
Il me semble que nous avons là un super moyen de sensibiliser les jeunes enfants qui seront heureux de revenir sur les lieux de "l'explosion" pour vérifier que leur intervention, leur coup de main à Dame Nature a été un succès... ou pas, dans ce cas (absence de pluie par exemple >> pas de germination) on recommencera jusqu'à ce que la magie opère.

page3 seule.jpg
L'argile (qui durcira en séchant) peut se ramasser sur un terrain argileux (of course !) mais aussi s'acheter en poudre (jardineries) et en "pain" (argile à modelage) en magasins de loisirs créatifs.
Dans le cas de terre achetée, bien vérifier qu'elle soit exempte de produits nocifs ou toxiques.

page4.jpg

page5.jpg
Pour les citadin(e)s qui n'ont pas de terreau sous la main, il suffit de garder le marc de café (excellent substrat) et/ou les feuilles de thé, ils enroberont les graines aussi bien que du compost.

page9.jpg

page7 seul.jpg
Voilà !
Si ce concept titille vos neurones, je sais que vous trouverez de la documentation utile ; ici, Pouf.lechat et moi, nous avons lancé le sujet... avant de lancer nos bombes et c'est ma foi un très beau sujet !

Je pense aussi que --une fois joliment arrangées dans une boîte à œufs revisitée et décorée-- nos tites bombes peuvent devenir un cadeau de Noël original, destiné aux randonneurs et aux cyclotouristes qui deviendraient ainsi des vecteurs de vie là où elle se fait trop rare.

Les bombes sont hyper légères une fois sèches, elles s'emmènent donc sans effort.

22/05/2016

Un poivrier de Sichuan... chez soi !

   C'est un peu comme "je suis passé chez Sosh" ou l'affaire des chaussettes de l'archiduchesse... Sichuan chez soi, c'est pas facile à dire ;-)

Encore un coup d'amour végétal !

A l'instar du thé Rooibos qui n'est pas un thé, le poivre de Sichuan n'est pas un poivre, lol !
Mais il a les mêmes attributions et usages.
Si vous souhaitez plus d'informations que je n'en donne, cliquez sur ce lien, merci.
rBVaHFZ1TF6ADN7QAAEheBPJRWo856.jpg
Il s'agit donc d'un arbuste (Zanthoxylum Piperitum) de la famille des agrumes, fortement épineux, à feuilles caduques, porteur de baies rondes rougeâtres lorsqu'elles sont mûres. Origine : Chine et Japon.

Printemps 2011, on a donné quelques baies fraîchement cueillies à mon amie Hélène chez qui le jardin est un véritable centre expérimental... un peu normal quand on a donné 40 ans de sa vie à l'INRA !
花椒_Zanthoxylum.jpg
Notez bien que la partie du "poivre de Sichuan" commercialisée et utilisée pour parfumer nos petits plats se trouve à droite sur cette photo !

En effet, seules les coques vides sont aromatiques ; l'intérieur (les petites boules noires vernies, à gauche) n'est qu'un organe de reproduction totalement insipide. Sacrée Dame Nature !
6a00e54fcc29da88340154321c5ee6970c-500wi.jpg
Voilà le résultat du semis après 5 ans. Une seule graine a germé sur une dizaine. C'est pourquoi si l'aventure vous tente, elle pourra prendre deux directions :

-- Si vous visez la production de poivre rapidement, il sera sage d'acheter un Sichuan en pot d'une hauteur minimum de 30 cm chez un pépiniériste.
-- Si la naissance et la croissance vous passionnent, semez des graines.
On en trouve sur les forums d'échanges de semences comme "semences-partage.net" et bien entendu sur "Leboncoin", la preuve : Clic sur ce lien.

Où que l'on habite, le poivrier de Sichuan poussera ! Il accepte jusqu'à -15°, la qualité du sol lui importe peu, alors amis du Nord, de l'Angleterre, de la Belgique, n'ayez aucune crainte. Une situation ensoleillée lui ira mais on placera le pot à mi-ombre au Sud de la Loire.
30102011-P1390843.jpg
Une nouvelle preuve ? Cet arbuste rougeâtre sur le Champ de Mars est un Sichuan assez âgé et peu de promeneurs s'en intéressent !!!

Je suis un nez avant d'être un ventre.
Dès que le petit Sichuan d'Hélène a pris une jolie taille, je me suis blessée car les épines sont difficiles à voir tant elles sont fines, mais j'ai froissé une feuille. Et là, ô l'extase !!! Carrément shootée, je ne pouvais plus retirer cette feuille de mes narines...

Le parfum est extrême, moitié citron et moitié poivre très aromatique. Une seule phrase est sortie de ma bouche : IL M'EN FAUT UN !! Hélène promettait alors de récupérer des graines noires si le bon Dieu voulait bien que l'arbuste en produise.
Je suis allée voir les discrètes fleurettes jaunes comme s'il s'agissait d'un événement, puis les baies à peine colorées de rose (photo ci-dessous) :
sichuan.jpg
Restait plus qu'à espérer une suite favorable à un bon mûrissement.
frais sichuan-peppercorns.jpg
Et la cueillette fut, nous allions pouvoir SEMER !
sichuan bébé.jpg
Je vous présente mon bébé Sichuan !!!!! Pas peu fière la Maryse.

Au Japon, on cultive l'arbuste presque uniquement pour le dépouiller de ses feuilles. On en superpose une dizaine qui sont ensuite ficelées pour un usage comparable à notre "bouquet garni". L'arôme d'une puissance fantastique sauvera un piètre ragout ou un plat de misère pour le rendre majestueux.

J'avoue que si mon bébé grandit vite, il le fera avec peu de feuilles ;-) Le parfum est incomparable, mais... attention à ne pas mâcher une feuille ou une enveloppe de baie : Ce n'est pas du tout dangereux mais parfaitement anesthésiant !
Ces deux éléments font évidemment partie de la médecine chinoise.
épines.jpg
Je notais plus haut la présence d'épines. Même si elles n'ont aucun effet allergisant, leur piqûre est violente.

Sur la photo ci-dessus, on n'aperçoit que des épines sur le bois, elles sont longues, plates et très acérées.
zanthoxylum.jpg
Sur les feuilles, les épines sont quasi invisibles (les traitresses !) car de couleur vert clair, dressées vers le ciel le long des nervures. Et bien en-dessous de chaque feuille il y en a le double !!

Bien protégé l'ami Sichuan, hein ! Venez petits escargots rois des fumistes, venez un peu vous empaler par ici que je rigole  ^_^

Il faut toujours broyer les enveloppes des baies (le poivre de Sichuan, donc) dans un moulin car leur saveur aussi unique que puissante est ainsi plus diffuse et cela évite que l'on retrouve un grain entier dans sa bouche, la langue en serait paralysée pour quelques minutes !

Une exception toutefois :
sichuan-cold-noodle6.jpg
A faire aussi en achetant simplement du poivre de Sichuan si on ne le fait pas pousser : En mettre 2 càs dans un mini pot et couvrir d'huile.

Laisser mariner et n'écoper que l'huile parfumée, ceci permet d'en faire tomber quelques gouttes sur les pâtes, les légumes, le poisson, la pizza, etc... Parfait pour les palais sensibles amateurs de parfums exotiques !
DSC01422-1024x768.jpg
Une petite sauce à la crème + ail + vin blanc et poivre moulu. Ne pas faire bouillir mais réduire à feu doux pour napper ensuite viandes blanches ou rouges. C'est à tomber tellement c'est BON et c'est tellement bon que j'ai préféré manger au lieu de prendre une photo de mon poulet "sichuané" ;-)

Cette sauce ira super bien sur le chou-fleur, les patates, tout, tout, tout, tout !
Comment ne pas vénérer la Nature quand elle nous offre tant de succulents cadeaux......