Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2018

Papiers : Je fais le tri !

   La période hivernale est propice au rangement et qui dit ranger, dit trier et jeter mais pas n'importe quoi !

Nos papiers personnels représentent souvent un volume énorme et... une bonne journée pour prendre le problème de face, tranquillement mais efficacement.
administration-paperasse.jpg
N'ayant pas trop le temps de réaliser un tableau plus formel, il m'a semblé toutefois important de rappeler ici les délais de garde de nos papiers :

Relevés bancaires : 10 ANS. Les facturettes -elles- se détruisent dès que les sommes sont comptabilisées.

Impôts sur le revenu : 3 ANS (= délai d'un contrôle fiscal)

Impôts locaux, taxe foncière : 1 AN Dès réception du nouvel avis, on peut jeter le précédent.

Sécu : 2 ANS (Ordonnances, feuilles de soins, décomptes) Exception : Une ordonnance pour lunettes se garde 3 ans.

CAF : 3 ANS

Bulletins de salaires :  A vie mais destruction après liquidation de la retraite.

Allocations chômage :  A vie mais destruction dès la retraite acquise.

Assurances : 2 ANS  = Délai pour agir même après résiliation. Exception : suite à dommages corporels graves, garder les preuves à vie.

Energie :  5 ANS : Gaz et électricité = Délai pour contester

Eau :  5 ANS  = Délai pour contester

Téléphonie, Internet : 1 AN (mais conserver 2 ans les certificats de restitution de matériels, box, lecteurs...)

Livret de famille :  A VIE. Idem pour les contrats de mariage, divorces, adoptions.

Loyers :  5 ANS = délai de contestation entre bailleur et locataire

Titres de propriété :  A VIE

Relevés électroniques : Idem que les supports papier, toujours enregistrés sur une mémoire externe (clef USB ou autre, voire sur le site sécurisé et gratuit de l'Etat (mon.service-public.fr)

eoJPHo7ROe0D46-HyNF09vrebCU.jpg
LA DESTRUCTION 

Si on possède une déchiqueteuse ou une cheminée, le problème de la destruction des documents est vite résolu.
Sinon.... il faut être astucieux car nos papiers comportent des informations très privées et ne doivent pas tomber entre des mains mal intentionnées.

Si on a un balcon ou une terrasse, on peut brûler les papiers dans un seau en fer.

Si on a aucun espace extérieur, il faut absolument découper les feuilles en plusieurs morceaux (bien vérifier que les identifiants bancaires soient ainsi fractionnés) et NE JAMAIS LES JETER ENSEMBLE mais dans des sacs séparés, en laissant 4 à 5 jours entre chaque dépôt à la poubelle communale.

Toutes les astuces sur ce sujet épineux sont les bienvenues !

17/09/2015

De grosses économies en vue

   On va dire qu'à toute chose malheur est bon.

Pour sécher mes murs, j'ai acheté un déshumidificateur d'occase et comme j'en découvre les avantages importants pour notre porte-feuille et notre bien-être, je fais circuler l'info.

Hors dégâts des eaux ou travaux de rénovation qui sèchent lentement, nous avons parfois des logements simplement mal orientés, humides par capillarité ou suite à infiltrations d'eau de pluie.
Les personnes souffrant de maladies respiratoires surveillent leur station météo domestique ou leur baromètre car l'air qu'elles respirent ne doit pas afficher plus de 50% d'hygrométrie.

Malgré tout, un air trop sec n'est pas bon non plus ; il doit varier entre 25 et 40 % d'humidité.
dhum 1.jpg
La personne à qui j'ai acheté mon déshumidificateur (ci-dessus) avait un problème d'humidité résiduelle sans origine franche. En conséquence, ses chaussures moisissaient, le bas des murs aussi, l'intérieur de ses placards et même.... sa vaisselle !

Les petites boîtes bleues qui contiennent des cartouches de sel étaient assez efficaces mais comme il fallait en changer très souvent, le coût devenait lourd.
Elle a donc investi dans un déshumidificateur électrique puis cet été elle l'a mis en vente car elle a opté pour un gros bazar qui fait climatiseur et déshumidificateur.

COMMENT CA MARCHE ?
Il s'agit tout bonnement de reproduire le phénomène de la condensation, exactement comme celle que l'on trouve sur les vitres lorsqu'il fait froid dehors et chaud dedans. L'appareil se nomme donc déshumidificateur à condensation.
L'air ambiant est aspiré puis il passe sur une rampe très froide. L'air se transforme partiellement en gouttes d'eau qui tombent dans un réservoir amovible.

Du coup, le système étant simpliste, la consommation d'un déshumidificateur n'excède pas 300 watts.
air.jpg
Mieux : L'air assaini ressort par des ailettes (photo ci-dessus) mais cette fois il est sec et CHAUD.
L'air ambiant gagne entre 3 et 8°, comme on vous l'explique sur ce site (clic ici) au chapitre "déshumidification de condensation".

Je tiens à dire qu'il est vraiment très agréable de vivre en air asséché.
Lorsque vient la demi-saison, nous avons tous tendance à allumer les radiateurs, ce qui n'enlève pas l'humidité... mais en rajoute ! On dépense donc beaucoup d'argent pour RIEN.

Un radiateur bouffe entre 1500 et 3000 watts, un déshumidificateur consomme entre 200 et 300 watts suivant le modèle.
Voici un bon exemple, rapport qualité prix : Clic sur le lien vers Leboncoin, merci !

MISES EN GARDE POUR NE PAS SE TROMPER :

- L'appareil sera mobile (sur roulettes) de façon à voyager d'une chambre au Nord à une autre pièce humide.

- Il doit avoir la capacité de traiter une surface d'au moins 30 m2. Il existe des modèles pour 45, 60 et 80 m2.

- Il possédera une molette de réglage hygrométrique comme ci-dessous :
dhum pourcent.jpg
Si besoin (asséchement d'un placard, d'une salle de bains, une cave, etc...) on mettra la molette sur la position 10 = 10 % d'humidité ambiante, soit un taux proche de l'asséchement total.

Sinon, pour une chambre, un séjour, on place le curseur entre 30 et 40.

ATTENTION ! Lorsque l'appareil fonctionne, les fenêtres doivent être fermées.
réservoir.jpg
- Sa cuve recevant l'eau (photo ci-dessus) doit pouvoir en recueillir au moins 10 litres / jour.

- L'appareil sera équipé d'un arrêt automatique lorsque la cuve est pleine (très important).

- L'eau de la cuve part à l’égout ou aux toilettes mais il ne faut pas s'en servir pour arroser les plantes et bien sûr - a fortiori- ne pas la boire. Elle contient énormément de micro-organismes toxiques dont les spores de champignons et autres acariens.
La dame à qui j'ai acheté l'appareil a fait crever ses plantes en les arrosant avec l'eau du réservoir.... c'est rien de dire qu'on respire beaucoup de saletés !

- Il ne doit pas avoir la fonction climatisation sinon on ne fait plus aucune économie : La conso du double effet monte à 2000 watts.

On s'habitue à un air humide, en particulier en bord de mer ou lorsqu'une des façades est au Nord.
Vous n'imaginez pas la sensation de CONFORT douillet et absolu que l'on éprouve dans un air SEC : C'est à peine croyable !

Lorsque le thermomètre intérieur affiche 16°, on n'est pas bien, on allume le chauffage.
Si on fait fonctionner le déshumidificateur, la température ambiante grimpe à 20° en 30 minutes et l'on a consommé 250 watts au lieu de 2000 ou 3000 watts.
Les calculs sont limpides et vite faits, non ?

INCONVÉNIENT :
Z'avez remarqué ? Le mot "inconvénient" est au singulier ! Oui, parce que je n'en vois qu'un : Le bruit.
Même s'il varie d'un modèle à l'autre, le ronron incessant peut être mal perçu.

On peut y palier de diverses façons : Faire tourner le déshumidificateur dans une pièce où l'on n'est pas ou le faire marcher en notre absence. C'est bien pour cette raison que l'arrêt automatique lorsque la cuve est pleine est indispensable.

>> Ayant étudié le système à fond, je dois pouvoir répondre à vos interrogations si un appareil semblable vous intéresse pour x raisons ou pour un simple ras le bol de pénétrer dans des draps humides... Quoi de pire ?
A savoir : Neuf, un déshumidificateur coûte en moyenne 250 € mais il y en a beaucoup sur Leboncoin revendus après sinistres ou travaux domestiques. Ils ont généralement très peu servi.