Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

Je cuisine au Cacolac !

cacolac-pralinc3a9-noisette.jpg
OUI, ÇA !!  Praliné-Noisette... en plus !

CACOLAC, un authentique produit français qui tente de bousculer les boissons étrangères.
Présent sur un stand promotionnel dans un supermarché (genre de truc où je ne m'arrête jamais), j'ai pourtant stoppé mes pas pour regarder les diverses transformations du liquide chocolaté.

Muffins, cup-cakes, bof.... trop long tout ça !

Par contre, le RIZ AU LAIT CHOCO-PRALINÉ-NOISETTE... ça m'a parlé tout de suite !
1.jpg
On peut trouver des bouteilles souples de 1 litre mais le plus souvent, CACOLAC est vendu en canettes de 25 cl.

POUR 4 PERSONNES :

- Un litre de CACOLAC
- 125 g de riz rond
- Une pincée de sel
- Surfaçage : Brisures de fruits secs, copeaux de chocolat blanc, fins zestes d'agrumes, un chouia de crème, des petits fruits rouges...
dsc00975-1.jpg
LA RECETTE :

-- Saler un grand volume d'eau, le porter à ébullition pour y blanchir le riz pendant 3 minutes.
-- En parallèle, chauffer le CACOLAC.
-- Rincer, égoutter le riz puis le plonger dans le CACOLAC bouillant. Laisser cuire 30 minutes à feu doux en remuant souvent. Goûter un grain de riz : il doit être fondant à cœur, sinon prolonger sa cuisson.
-- Ôter la casserole du feu, laisser complètement refroidir avant de remplir des verres ou des ramequins qui attendront au frigo.

Fastoche, non ?
Chocolate-Rice-Pudding1.jpg
Un peu de crème, un léger saupoudrage au cacao, juste avant de servir mais comme dit précédemment, des noix, noisettes ou amandes concassées iraient très bien ainsi que quelques copeaux de chocolat blanc...
coup cuill.jpg
... ou comme ici, de fins rubans de zeste d'orange (s'ils étaient confits, ce serait un plus !) sans oublier le poudrage au cacao.

Dans le CACOLAC on a tout : Le lait, le parfum vanille, le chocolat, le sucre et en l'occurrence, la saveur praliné-noisette. On a donc moins de vaisselle, plus de rapidité et une qualité FRANÇAISE !!
Cocardière un jour, cocardière toujours... même en portant un nom italien :)

24/03/2017

Saucisses confites au vin rouge

   Grâce à Alexisfrombrussels et avec la complicité de BrigitteOfNice, j'ai déterré une très ancienne recette !

En la relisant, j'ai eu... comment dire... l'eau à la bouche et le sourire aux lèvres car la prose de l'auteur (un autre belge et un autre Alex) est savoureuse, donc on remet le tout en ligne.

phot1.jpg
Quel diable de lien y a-t-il entre un conducteur de métro belge et une belle paire de... saucisses ?
Tout simplement un lien de gourmandise et si celle des hommes fait moins de chahut que la gourmandise féminine, on y sent de la détermination, parce que se régaler devient une formidable parenthèse aux tracas quotidiens.
Concentration.

C'est donc notre jeune ami Alex qui enfile le tablier aujourd'hui et si vous avez un jour goûté à la bavette à l'échalote d'une célèbre chaîne de restaurants (photo ci-dessus), vous n'avez pas pu l'oublier !
Alex a décidé d'approcher la fameuse sauce dont le secret reste bien gardé mais il l'a aussi démocratisée en l’appliquant à de modestes saucisses.
En voilà une idée qu'elle est bonne, Alex et à toi le micro !

Bonjour à toutes et tous !

Avant tout, je précise... quand je cuisine au vin, je veux sentir le goût !
Donc, j'adore les parfums puissants, d'autant plus que je fais bien réduire la mixture... je fais pas dans la dentelle... aussi, je donnerai ma recette à moi, maintenant pour les palais plus fins :-) remplacer 3/4 ou la moitié du vin rouge... par de l'eau !

phot2.jpg
Voilà l'affaire :
Pour 3 saucisses (mélange porc et veau si possible) de 150 grammes chacune, il vous faut 3 échalotes, une c.à.s d'huile d'olive, un cœur de bouillon Maggi "bouquet garni" (tu vois : le truc gélifié qui fond tout seul dans le liquide bien chaud ???), une bouteille de vin rouge (alors tu vas me dire .....haaaaaaHHHHH hérétique !!!).
Mais considérant que pour moi un bon vin c'est un vin qui ne "pique" pas trop, je prends pas un grand cru mais un petit Bordeaux à 3 ou 4 euros... c'est correct et après, c'est facile :

phot3.jpg
- Émincer les échalotes (pas trop fin car après cuisson, elles seront confites).
- Les faire fondre dans l'huile d'olive, ajouter le bouillon qui va fondre à son tour, bien mélanger.
- Ajouter les saucisses, les faire un peu saisir dans les échalotes (5 min... attention... ne pas les percer en les piquant à la fourchette !).

phot4.jpg
- Mouiller à hauteur avec le vin, donc une bouteille entière... s'il en reste (...nOOOOn j'rigole), donner un bon bouillonnement pendant 5 minutes puis mettre un tout petit feu, couvrir partiellement et laisser cuire jusqu’à réduction du liquide aux 3/4... ahhhhhhhhhhh oui... j'ai mis aussi dans la sauce une cuillère à café de sucre pour virer le goût tannique du pinard.
- Je sers ça avec un stoemp (c'est belge et faut prononcer STOUMP = purée de patate avec poireau ou carotte mais écrasée à la fourchette... j'aime pas les bouillies pour bébé :-)

Bon... ça c'est ce que j'aime... tout le monde ne va pas aimer, mes voisins ont adoré... en fait, quand chuis tout seul à la maison, je cuisine... et je partage avec mes voisins !

ph.jpg
Le grain de sel de la tôlière :
Donc, comme tous les hommes, tu ne supportes pas la solitude ! Et vlan dans le museau !
Non sérieusement Alex, ta recette respire la générosité et je t'en remercie, t'es un bon gars qui fait une cuisine "sévèrement burnée" !
Dans la sauce qui bouillonne, j'avoue que je saupoudrerai bien une cuillerée de farine pour lui donner du corps et bravo pour la petite touche de sucre, ça c'est du grand art !
Seul point où je sois septique, c'est ton bazar Maggi, je trouve ça très cher et je ne sais pas ce qu'il y a dedans... mais ma foi... si tu dis que c'est bon....
Pour celles et ceux qui n'ont pas ce gadget, on n'oublie pas de saler et de poivrer la sauce en lui ajoutant une belle pincée d'herbes de Provence qui aura été mixée fin et/ou y émietter 1/2 bouillon Kub.

22/03/2017

Quand les journalistes ne sont pas muselés...

   Lundi soir dans QUOTIDIEN à 19h20 sur TMC, une jeune journaliste révèle (preuves à l'appui) les emplois parlementaires fictifs des deux filles (dont une âgée de 15 ans) de notre ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, ce dernier ayant eu la sage attitude de donner sa démission au gouvernement dès le lendemain.

J'aime cette équipe de journalistes aussi teigneux que sympathiques. Pas de racontars, pas de bruits de chiottes, des faits, rien que des faits.
Ils enquêtent aussi sur les émoluments (non contrôlés) des députés, ça va faire mal, bientôt il y aura forcément des conséquences...

Pourquoi QUOTIDIEN est-il aussi libre de ses investigations et révélations ?

Tout simplement parce que si les bureaux sont à Paris, le siège n'est autre que Télé Monte Carlo, sur la Principauté de Monaco.
Royauté hors frontière et amie peut-être mais Liberté d'expression, sûrement.

Monsieur Yann Barthès, vous êtes courageux de diriger cette équipe sans la museler, je me régale chaque soir et c'est un bonheur de voir des jeunes aussi combatifs, acharnés, sincères, attachants... dépourvus de langue de bois ; ça fait un bien fou, merci !
C'est aussi une vengeance pour des français comme moi, auxquels on ampute 3 euros sur une squelettique allocation logement, qui ne peuvent ni se nourrir ni se soigner correctement alors que l'argent public est dilapidé et volé par des pourris qui prennent tranquillement les décisions de pomper le pauvre peuple.