Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2017

Lacto-fermentation

   La diététique s'en empare et les médecins qui en connaissent les effets bénéfiques, la recommandent lorsque la flore intestinale a été endommagée.

Sur feu notre site de cuisine, Danielle avait réalisé un excellent reportage sur ses préparations ; ici, Tomyam nous a expliqué son engouement pour les légumes fermentés puis ce fut au tour de Martine de se lancer dans l'aventure, mais je crois que d'autres cousines s'y sont mises aussi !!

cat.jpg   martine.JPG
A gauche, les bocaux de (et avec)
Tomyam, à droite, les jolies carottes de Martine !


POURQUOI ET COMMENT ?
A ces deux grandes questions, je vais laisser répondre une spécialiste -Marie Claire Frédéric- dont le blog "NI CRU NI CUIT" fait office de référence en la matière.
comment-fermenter-legumes-80832891.jpg
Toutes celles qui me suivent depuis longtemps savent que je ne les redirige jamais vers un univers dénué d'authenticité.

"Ni cru ni cuit" affiche un vrai travail de fond et un investissement personnel, il est bien écrit et bien illustré, allez-y en confiance !

Tout ce qui concerne la lacto-fermentation y est clairement expliqué : Bienfaits, initiation, matériel utile, recettes, etc...

Pour entrer chez Marie-Claire Frédéric (que je remercie vivement), il suffit de cliquer sur ce lien, prenez le temps de lire, d'y revenir et d'y réfléchir !

Le petit bandeau beige en haut de page contient les réponses à vos questions. Les plus pressées iront directement sur les articles de base en cliquant sur les liens suivants :

Les 10 bonnes raisons de manger fermenté.

Quels contenants utiliser ?

La technique (le sel et l'eau)

ÉDIT du 7/01 La lacto-fermentation au JT de France2 (13h, le 6/01)

03/01/2017

Liqueur d'estragon

   Au début du vingtième siècle, lorsque les femmes se réunissaient pour bavarder autour d'un "gâteau de ménage", il était rituel de servir un petit alcool maison : Vin d'orange, de noix, anisette, liqueur de café ou d'estragon....
Ces breuvages récréatifs portaient alors le nom (un peu faux-cul) de doux péchés d’aïeules.

J'ai découvert la liqueur d'estragon en allant rendre visite à une cousine qui a atteint un âge canonique ^^
estr liq.jpg
J'avoue avoir eu quelques réticences car l'estragon et moi, sommes fâchés depuis très longtemps !

En effet, jeune mariée, j'avais préparé avec fougue un poulet à l'estragon. Hélas, j'avais eu la main très lourde sur la belle aromatique... Si j'avais fait cuire ce pauvre poulet dans une marmite de Pastis, ça n'aurait pas été pire ^^

L'estragon est fortement anisé, il faut l'employer avec parcimonie en cuisson.
Mais utilisé cru... ça change tout ! Il va très bien en macération dans le vinaigre de cidre ou haché au couteau dans une sauce.
estr.jpg
La plante est très élancée, élégante et plus on la taille (comme ci-dessus), plus elle s'étoffe.

Si on mâchouille une feuille d'estragon frais, on ressent un mélange subtil de menthe et d'anis.
La chaleur de la cuisson fait disparaître le côté mentholé pour accroître le parfum anisé qui a tôt fait de dominer toutes les autres saveurs... et ceci m'agace au plus haut point !

J'avais donc carrément tourné le dos au bel estragon (jugé cas de divorce ;-) jusqu'à ce que je le déguste en liqueur chez la cousine Marthe qui m'a donné sa petite recette sans se faire prier !!

En cette saison, on trouve de l'estragon poussé sous serre, vendu en barquette dans les supermarchés, au rayon des salades :
estr achat.jpg   estr musc.jpg

INGRÉDIENTS POUR 1/2 LITRE DE LIQUEUR :

-- 20 grammes d'estragon FRAIS
-- 50 cl de Vodka (ou Gin ou Rhum blanc ou tout alcool blanc et neutre titrant entre 37 et 45°)
-- Un éclat de noix muscade (photo de droite)
-- 1/2 gousse de vanille
-- 4 grains de poivre très aromatique
-- 100 g de sucre + un petit verre d'eau = le sirop
estr macér.jpg
Dans un bocal contenant l'alcool, ciseler grossièrement le bouquet d'estragon...
estr van.jpg
... ajouter la vanille morcelée + le poivre (perso, ce sera du poivre de la Jamaïque pour apporter du fun à ma liqueur)

>> Fermer le bocal, laisser macérer 30 jours en secouant la préparation de temps en temps.

>> Passé ce laps de temps, on fera tiédir un petit verre d'eau pour y faire fondre le sucre : ce sirop (refroidi) sera ajouté dans le bocal. Bien mélanger le tout.

>>> On laissera macérer encore 30 jours. Pour finir, la liqueur sera filtrée et mise en flacon.
estrag.jpg
Je sais qu'on en sort à peine... mais cette liqueur ayant l'énorme avantage de se bonifier avec le temps, n'ayez pas peur de doubler toutes les quantités afin de la diviser en petits flacons-cadeaux... pour Noël prochain, sa saveur est aussi surprenante qu'originale et rafraîchissante !

estr troisj.jpg
Voilà le bocal au bout de 3 jours d'infusion : Le liquide commence à virer vers la couleur ambrée que l'on a vue sur la toute première image. Quant au parfum, je suis très optimiste, il est déjà capturé par l'alcool et ne ressemble à aucun autre.

01/01/2017

On échange nos voeux ?

image.jpg

Mes bien chères cousines, mon adorable cousin absent,

Que la nouvelle année vous soit favorable et ensoleillée ! Je fais vœux de découvertes parce qu'on prend un plaisir inouï à entreprendre dans des domaines inconnus ou vers lesquels on ne serait pas forcément tenté d'aller.

Une amie est entrée dans une chorale alors qu'elle chante comme une casserole mais la voir aussi sereine et heureuse d'avoir pris cette initiative... me laisse sans voix !
Ne plus se dire "Non, ça, je saurai jamais faire" pour oser un "Et pourquoi pas moi ?! " voilà qui ouvre les esprits et nous rapproche les uns des autres.

En ce 1er janvier 2017, c'est mon souhait et mon sentiment profond... Non sans vous claquer à chacune, la grosse bise des familles sur la joue !!