Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2015

Rhubarbe à jus

 rhubarbe
   Pas vraiment sudiste, la rhubarbe, même pas du tout puisqu'elle est originaire de la Sibérie... sauf pour quelques passionnés envoûtés par la belle, au point de lui trouver un coin spécial où elle gardera le pied au frais et elle leur rend bien !

rhubarbe
On peut en couper des tiges deux fois l'an, au printemps et en automne. Les parties vertes sont acides, les roses sont sucrées.

Le petit producteur chez qui je guette les premières fèves est amoureux de la rhubarbe !
Et il en parle comme un homme épris d'une femme... il ne soigne pas sa rhubarbe, il la cajole, il la câline, il la caresse... Entre nous, c'est toujours réconfortant de trouver plus "fada" que soi !
Les feuilles tourmentées de la superbe plante sont légèrement toxiques pour l'homme qui a su en tirer profit en les faisant macérer. Elles deviennent alors purin écologique fort utile à la destruction des insectes nuisibles.
rhubarbe
Les tiges -elles- sont divinement comestibles. Au Nord de la Loire, qui ne connait pas la tarte à la rhubarbe ?

J'ai donc quitté mon producteur sans fèves mais avec un "bouquet" de rhubarbe, et en prime, l'excitation de travailler un produit nouveau pour moi grâce à quelques recettes notées à la hâte sur mon petit carnet.

Sur les marchés on trouve de la rhubarbe, même au Sud, donc si certaines idées vous tentent, questionnez les maraîchers.
Quant à la saveur, je l'ai trouvée unique, très particulière, même si elle fait penser aux bonbons acidulés, je crois qu'il faut goûter la rhubarbe au moins une fois dans sa vie, franchement, j'ai été emballée et j'en redemande !
rhubarbe
La rhubarbe est classée plante médicinale pour ses racines utiles aux intestins paresseux ; en jus, en eau et en sirop, en employant ma méthode sans ébullition violente, on conserve la vitamine C et le calcium contenus dans les tiges.

Mais avant tout, je suis carrément scotchée par sa capacité à étancher la soif et à rafraîchir de façon très intense !
Il faut vous dire que je suis une éternelle assoiffée, été comme hiver je descends mes 3 litres de flotte chaque jour... et je bois même la nuit, donc un légume (et oui, c'en est un !) capable de me dessoiffer... J'achète cash !
Et puis sa saveur si caractéristique est vraiment intéressante... je n'en n'avais pas sous la main, mais faut absolument marier la rhubarbe à la rose et à la fraise, ce doit être divin.
rhubarbe
LE JUS DE RHUBARBE :

Les fans de smoothies qui possèdent un extracteur ou une centrifugeuse pour broyer les côtes dures, obtiendront du bonheur à boire "cru" en 30 secondes chrono ! Je n'ai pas ce matériel mais mon petit producteur oui, j'ai goûté, j'ai bu, je suis vaincue convaincue !
rhubarbe
Á déguster sur glace dans des verres givrés + une tranche de citron vert façon Margarita.... WAOU... Une pure tuerie !

rhubarbe
L'EAU DE RHUBARBE :

J'y ai ajouté de l'eau pétillante, ce fut un régal et je suis restée une heure sans boire, ce qui est un record tout perso...

- Faire bouillir 2 litres d'eau.
rhubarbe
- Laver et couper 150 grammes de côtes de rhubarbe en petits morceaux sans les peler, les mettre dans un récipient en inox ou dans un saladier en verre, saupoudrer de sucre (ne pas excéder 80 grammes mais il en faut pour contrer l'acidité).

- Verser l'eau bouillante par dessus. IL N'Y A PAS DE CUISSON MAIS UNE MACÉRATION. Couvrir et laisser reposer 48 heures.

- Filtrer à travers une gaze en pressant les morceaux de côtes, mettre en carafe ou en bocal et ranger au frigo.
rhubarbe
Servir très, très frais. Une feuille de menthe ou de mélisse y va super bien, le citron vert aussi, et une lichette de sirop de rose sublimerait la boisson "pinky"..
rhubarbe
LE SIROP DE RHUBARBE... Á PAPA ! Car oui, il y a comme un doux air de famille...

- Retirer les fils les plus apparents puis couper en morceaux une douzaine de tiges de rhubarbe très rouges.

- Verser 1 litre d'eau bouillante par dessus (comme pour l'eau) mais là, nous portons sur le feu pour atteindre un petit bouillonnement maintenu 5 minutes. Planter un couteau dans un tronçon, s'il n'était pas assez tendre, poursuivre la cuisson encore un peu.

- Verser le tout sur un tamis (mailles fines), presser pour extraire le maximum de jus.

- Peser le liquide obtenu.

- Dans une casserole (pas d'aluminium qui réagit mal aux acides), verser le liquide et ajouter le même poids de sucre. Cuire doucement pendant 15 minutes sans trop remuer mais le sucre doit "disparaître".

- Filtrer le sirop à travers une gaze ou un filtre à café, mettre en flacon Á CHAUD (immédiatement), boucher hermétiquement, laisser refroidir puis ranger au frais.
rhubarbe
Envie d'épater vos invités ?

Un bon trait de sirop de rhubarbe dans un verre givré (tout le monde sait comment givrer un verre ? Rien de plus fastoche ! On étale du sucre en poudre dans une assiette, ensuite on frotte le bord du verre avec 1/2 citron puis on retourne le verre dans le sucre et voilà !).
Donc (disais-je ;-) on met du sirop dans le verre, on ajoute de la Vodka ou du Gin, avec ou sans glaçons... vous voulez que je vous dise ?
Ce breuvage a été inventé par les fées, c'est évident... à moins que ce ne soit une malédiction !
rhubarbe     rhubarbe
Lorsque l'on a fini l'eau ou le sirop, il va de soi que l'on ne jette pas la pulpe de rhubarbe restant dans le tamis.
Remise à cuire avec du sucre, mixée ou pas, seule ou accompagnée d'un autre fruit (orange, fraise) cette pulpe deviendra compote, crumble, tourte... Bref, tout ce que l'on préfère !

Quelle joie de changer ses habitudes !

28/03/2015

Mon amie la rose... (1)

   S'il est un végétal à exploiter à fond, c'est bien le rosier, qu'il soit sauvage (églantier) ou cultivé dans les jardins. De ce fait, je dois scinder mon travail en deux parties afin qu'il soit plus "digeste" :
La première traitant de la fleur, la deuxième du fruit.
On y va et... c'est en beauté !
roses   Toutes les fleurs sont belles mais la rose demeure la plus vendue au monde.

Adulée, adorée par les poètes, muse des aquarellistes et des parfumeurs, la rose est apparue non pas en Chine mais en Perse dès l'âge de bronze.
Très vite, de magnifique fleur elle est passée plante médicinale et une des premières sources de beauté...
roses
La rose s'admire, se respire, se mange (confits, confitures, pétales cristallisés, bonbons, loukoums), se boit (sirop, liqueur, eau parfumée), se "cataplasme" en pétales frais ou en vinaigres et eaux de soins... mais diablerie POURQUOI ?
roses
Dès l'Antiquité, on comprit que l'application de pétales de rose sur une plaie la désinfectait en accélérant sa cicatrisation ; on se mit alors à les broyer pour en extraire les sucs réparateurs des lésions, y compris oculaires.
Le collyre à la rose existe toujours, z'étaient pas si niais ces anciens !
roses
En décoction, les pétales de la star sont un des meilleurs breuvages naturels contre la déprime (on voit la vie "en rose" !), les maux de tête et d'estomac.

Toujours au chapitre des "réparations", le sirop de rose libère les cordes vocales (les grandes cantatrices de ce monde ne voyaient que par lui), soigne la toux et fait disparaitre les aphtes.
roses
   Ceci étant dit, on va pouvoir attaquer les RECETTES, toutes au parfum de l'Orient, à la saveur de bonbons anglais et aux couleurs variant du rose pastel au rouge velours...
Ajoutons que les produits cosmétiques ou comestibles à base de vraies roses (pas de parfums de synthèse) sont classés LUXE, leurs prix en sont la preuve mais si on veut s'en donner la peine, c'est gratos !

Quand les petits moments de bonheur nous font beaucoup de bien, ne doit-on pas se réjouir ?
roses
Voyons d'abord ce que l'on peut faire avec des PÉTALES FRAIS ET PARFUMÉS (jamais ceux des fleuristes mais toujours issus de jardins exempts de pesticides) :
roses
L'EAU DE ROSE :

Plus les pétales seront foncés, plus l'eau sera colorée. Mais si vous avez des roses anciennes claires et fortement parfumées, tant pis pour la teinte finale, vous aurez capturé un divin parfum et des molécules bénéfiques !

Aussi fantastique à boire pour sa saveur que pour soulager nos maux (embarras gastriques, infections urinaires) elle servira aussi de lotion visage pour calmer rougeurs, irritations ou inflammations des paupières.
La "vox populi" la qualifie d'anti-rides ce qui est à mon sens exagéré, mais si Cléopâtre en faisait son soin de beauté quotidien, faisons-lui confiance, la belle en connaissait un rayon question look !
Disons a minima que l'eau de rose donne un très joli teint et un grain de peau serré, uniformisé.

Ne dit-on pas "avoir un teint de rose" ? "Être fraîche comme la rose" ?

L'eau de rose a traversé les siècles recevant toujours la même admiration. Symbole de beauté, de volupté et de pureté. Ça tombe à pic, y a pas plus simple à réaliser !
roses
- Prenez un récipient, versez-y 1,5 litre d'eau de source type Mont Roucous ou d'eau de pluie propre.

- Rincez soigneusement 3 poignées de pétales frais puis enfoncez-les dans le bac d'eau pure, poussez-les avec les mains en les "froissant" afin qu'ils se livrent à l'eau et soient tous immergés. Remuez, couvrez.
- Allez vous coucher !
- Le lendemain, remuez bien, pressez les pétales dans le poing, filtrez l'eau, buvez-la ou soignez votre peau mais régalez-vous d'un plaisir aussi fastueux que gratuit !
roses
LE MIEL ROSAT

Deux des plus anciennes recettes à la rose qui soignent rapidement la toux mais aussi... les lèvres gerçées. Un doux plaisir à léchouiller !

MIEL ROSAT FACILE (photo ci-dessus) réservé aux lieux à fort ensoleillement :
- Cueillir des roses hyper parfumées, détacher les pétales, en emplir un bocal en les tassant.
- Verser par dessus un miel liquide peu typé comme le miel "toutes fleurs".
- Mélanger, fermer le bocal et l'exposer au soleil. Les pétales vont brunir et s'affiner. De temps en temps, mélanger la préparation puis refermer le pot. Une fois les pétales désagrégés en filaments, le miel rosat sera prêt à consommer en tartines divines ou en soin.
roses
SIROP DE MIEL ROSAT AVEC CUISSON (photo ci-dessus) :

- Peser 100 g de pétales frais et très parfumés, leur couleur importe peu.
roses
- Les mettre dans une casserole émaillée ou en inox, les recouvrir à peine d'eau. Porter à ébullition 3 minutes, couper le feu, couvrir et laisser infuser 24 heures.

- Filtrer pour récupérer le jus et d'autre part, placer les pétales dans une gaze qu'il faudra tordre au maximum pour exprimer les sucs de rose, ce geste se faisant au-dessus du jus déjà recueilli.
- Garder la même casserole, y verser un petit pot de miel neutre que l'on mélange au liquide précédent (jus + sucs des pétales).
- Placer cette casserole dans une plus grande et démarrer une chauffe au bain-marie sur feu vif.
- Remuer souvent, presque sans arrêt jusqu'à réduction du volume pour obtenir un sirop épais.
- Mettre en bouteille après complet refroidissement.
roses

LE VINAIGRE DE ROSE :

Aussi génial dans une salade hors du commun (par exemple pomme-pomelos-avocat ou mâche-fleurs de capucines) que... pour calmer le feu des coups de soleil, utilisé comme lotion tonique des peaux acnéiques ou en rinçage des cheveux ternes !

Trop facile : Emplir un grand bocal de pétales frais très parfumés, les tasser. Ajouter du vinaigre de vin blanc ou du vinaigre de cidre nature (bio, il ne coûte pas plus cher).
Attention : Pas de vinaigre d'alcool dit "cristal" !!

Placer le bocal au soleil, le secouer chaque jour et patienter entre 3 et 5 semaines suivant la force de l'ensoleillement puis filtrer et mettre en bouteille. Très bel effet dans la cuisine !

À l'occasion, regardez le prix du VRAI "vinaigre de rose" dans le commerce... Ouillouille !
roses

COMMENT FAIRE EAU DE ROSE ET VINAIGRE DE ROSE... SANS ROSES ?

Simplement en vous rendant soit en magasin bio, soit dans une boutique de produits orientaux afin d'acheter des pétales ou des boutons de roses séchés produits au Maroc.
Attention, il faut les sentir avant d'acheter ! Privilégiez des boutons PARFUMÉS qui sont conservé hors poussières.
Bien sûr, au contact d'un liquide ils diffuseront leur arôme, mais autant les acheter déjà parfumés..
roses
Les procédés sont identiques, il suffit d'écraser un peu les boutons entre ses doigts avant de les immerger dans l'eau ou le vinaigre de vin blanc. Le temps fera le reste...
roses
NOTA IMPORTANT : Toutes les recettes à base de pétales de roses sont valables pour les pétales d'églantier frais ou secs ; le parfum sera moins prononcé mais les effets similaires. On les étalera sur du papier après récolte pour les faire sécher à l'ombre.
roses
INFUSION DE BOUTONS DE ROSE SÉCHÉS :

Outre le fait que c'est du velours à boire et à sentir, il faut savoir qu'en Orient le bouton de rose est considéré comme un médicament car il renforce les défenses immunitaires, chasse la cellulite, favorise une bonne circulation sanguine ainsi que la digestion de repas trop copieux et renferme les vitamines A, B, C, E et K.

Mettre 5 ou 6 boutons légèrement écrasés dans 1/4 de litre d'eau bouillante, couper le feu, laisser infuser à couvert pendant 10 minutes. Filtrer (ou pas, c'est si beau !) et boire chaud.
roses
THÉ À LA ROSE, ZESTE D'ORANGE FRAIS ET CANNELLE :

Somptueux ! Fait maison mais digne d'un richissime sultanat... Et si vous n'aimez pas le thé, réalisez quand même cette préparation qui devient alors un odorant pot-pourri...

Pour 1 tasse résolument égoïste :
- Mesurer 1/2 càc de thé basique (mais le Darjeeling va très bien).
- Défaire entre les doigts 4 à 5 boutons de roses séchés et parfumés ou 2 càs de pétales secs.
- Couper un gros morceau de peau d'orange fraîche à retailler en petits bouts.

Dans un récipient, mélanger le thé, la rose et le zeste d'orange. Saupoudrer d'une pincée de cannelle en poudre (ou d'un éclat pilé).
Préparer un thé comme à l'habitude avec ce mélange. Boire brûlant ou carrément glacé.

   Un thé tout simple mais ô combien romantique, échappé d'un conte des "Milles et une nuits"... qui en plus embaume la maison !
Si cette recette orientale vous séduit, elle se prépare facilement d'avance en plus grand volume, en utilisant du zeste d'orange séché à la place du frais pour une bonne conservation du mélange.

23/03/2015

Ca sent le sapin !

   Les bourgeons et les jeunes aiguilles de pins s'avèrent providentielles pour les personnes sujettes aux affections des voies respiratoires. Nous en ferons une tisane et un sirop dont la saveur sera très proche du fameux bonbon "La Vosgienne" !
Avec un résultat semblable : Le nez se dégage, les bronches s'ouvrent... on respire mieux.

Très facile à repérer, le pin ou le sapin n'est intéressant qu'au mois d'avril, c'est pourquoi je poste cette note dès maintenant.
En effet, lors de l'importante montée en sève printanière, les jeunes pousses sont gorgées d'essence de pin ; c'est le meilleur moment pour aller en récolter un plein panier !

Il n'existe aucun résineux toxique, n'ayez donc pas peur de les confondre. Malgré tout, faisons un petit tour dans les bois en reconnaissance :
sapin
Le pin sylvestre
sapin
L'épicéa, avec ses cônes souples comme cartonnés.

sapin
Le mélèze dont les bouquets d'aiguilles très acérées sont courts et s'alternent sur la branche.

sapin
Le pin maritime ou pin parasol bien trop gigantesque pour lui faucher des bourgeons mais quelques branches basses nous offriront ses longues aiguilles.

sapin
Le célébrissime sapin, roi des forêts ;-)

Pin sylvestre, pin maritime, mélèze, épicéa, sapin... ils ne nous veulent que du bien !

sapin
Voilà précisément ce qui nous intéresse : Les toutes nouvelles pousses d'un vert nettement plus clair...

sapin
... les petits bourgeons...

sapin
... et les aiguilles vert tendre qui commencent à pousser, remplaçant les anciennes.

Tout le matos est là, le plus souvent à portée de main ! Et même cueillies en lieu non pollué, les résineux étant des pièges à poussières, on lavera soigneusement nos récoltes.

BIENFAITS DU SIROP ET TISANE DE RÉSINEUX :

- Soignent les rhumes, sinusites, bronchites, toux rebelles.
- Luttent contre les troubles articulaires et spécialement l'arthrose.
- Antiseptiques profonds.
sapin

LA FABRICATION NATURELLE DU SIROP DE BOURGEONS DE PIN :

Dans un grand bocal, on verse une couche de sucre (si possible brun mais j'en avais pas !) puis une couche de bourgeons la plus dense possible. Bien la tasser à l'aide d'un gros bâton (propre).
On continue ainsi en alternant sucre et bourgeons.

Le bocal ira sur un rebord de fenêtre orientée au Sud afin que le soleil fasse tout le travail !
L'attente sera longue, l'action du soleil est amplifiée par l'effet loupe du verre mais on se fiche pas mal du temps qu'il faudra pour obtenir un sirop : Il ne sera utile que l'hiver prochain !
Heu... enfin... si vous avez le courage de résister à la tentation car si j'emploie souvent le mot NECTAR, ici il prend tout son sens : C'EST DU DIVIN NECTAR !!

Donc, petit à petit vous allez voir les bourgeons suinter et humidifier le sucre -qui- tout doucement, au rythme de la nature, deviendra liquide épais et ambré.

Je fais presque tous mes sirops de cette façon, certes archaïque et lente, mais qui ne coûte rien en énergie et si vous le pouvez, essayez-la avec les pétales (et seulement les pétales) de coquelicots, de rose, avec des cerises très mûres (1/2 bocal, le reste du volume occupé par le sucre)... CE SONT DES PURES TUERIES !!!
sapin
Le sucre a disparu pour faire place au sirop. Les bourgeons ont tout donné, ils sont devenus livides !

sapin
Lorsque le sucre s'est transformé en sirop très parfumé (compter au moins 6 semaines), on le filtre pour le mettre en bouteille. Voyez grand à la récolte, hein, ce sirop est une petite merveille à déguster et soigner un enfant devient plaisir....

POSOLOGIE :
Adultes : Prendre 3 cuillères à dessert par jour.
Enfants : 1 cuillère à dessert au coucher.
sapin

TISANE DE PIN :

Avec des jeunes aiguilles : En peser 40 grammes, les couper grossièrement aux ciseaux puis les mettre dans un litre d'eau. Porter à ébullition maintenue 5 minutes, couper le feu, couvrir et laisser infuser 1 heure, pas moins.
Une fois filtrée, la tisane sera réchauffée et sucrée au miel... de sapin, bien sûr !

Hors plaisir, en cas de rhume, sinusite ou bronchite : 3 tasses par jour.
sapin
CONSERVATION DES CUEILLETTES :
Autant il sera facile de faire sécher les aiguilles (coupées en morceaux, étalées sur un plateau à l'ombre puis rangées en bocal), autant il sera ardu de sécher les bourgeons, le sirop étant un moyen de les conserver.
Le bourgeon est constitué d'eau et d'essence en parts quasi égales. Cette essence en séchant devient résine gainante qui emprisonne les molécules d'eau ; il aura donc tendance à moisir en devenant marron et restera relativement mou.
Je pense que le dessicateur ferait un très bon travail.

sapin
Cette année, je vais tenter d'en congeler (et pourquoi pas ?) mais aussi de sécher les bourgeons "en guirlande", dansant en ribambelle comme des tranches de cèpe sur un fil...

   Vous n'imaginez pas -le froid venu- le bonheur que représente une tisane aux bourgeons de pins et question parfum, c'est Noël dans la maison !