Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2018

La Troussepinette

   Une note alcoolisée que m'a inspirée Jacquote il y a bien longtemps alors qu'elle évoquait un apéritif vendéen, la Troussepinette !
Si le nom fait sourire, il est resté enfoui dans ma mémoire jusqu'à dimanche dernier où j'ai parcouru un bref trajet pour changer de département et me rendre en Lozère.

Une association de bergers nous attendait pour causer Biodiversité et Pastoralisme.
Comme il faisait un froid de canard à l'heure de l'apéro, voici ce qu'un berger a sorti de sa musette :
aperitif-epine-noire.jpg

La photo est mauvaise mais l'étiquette annonce "Apéritif d’Épine Noire". Aussitôt, je repensais à la boisson "de" Jacquote réalisée à base de prunellier sauvage, nommé localement "l'épine noire".

L'apéritif -lui- s'appelle Troussepinette en Vendée, Charente-Maritime, Poitou et Berry mais aussi simplement "Épine noire" dans d'autres régions.
P1030887.jpg
Je pense que tout le monde connaît cet embrouillamini d'épines longues et acérées, porteuses en automne de baies rondes et bleues.
ok.jpg
Il s'agit du Prunus Spinosa, ici tel qu'il est visible en automne.
5dcc74f34ea023e4f5632e4bf3aa69b3.jpg
Et le voici de mai à juin (suivant les régions et le climat), formant des bosquets ou des haies enneigées par des milliers de petites fleurs blanches dont les abeilles raffolent.

Le printemps est la saison idéale pour le repérer car on voit de très loin ses branches échevelées, désordonnées et immaculées.

Cette note sera inachevée puisqu'elle ne comporte pas la dernière étape : La mise en bouteille du liquide.
Je la poste simplement pour que les lectrices-promeneuses-cueilleuses puissent REPÉRER les buissons.

Attention : Le pollen des fleurs est un capteur inégalable de particules fines, il est quasi magnétique ; donc, évitez de sélectionner des prunelliers (et toute autre fleur) en bordure de route.

oiseau.jpg
Pour l'anecdote, chaque année je fais ce repérage parce que je voudrais AUSSI fabriquer une boisson avec les prunelles bleues mises à fermenter. Il s'agit d'une autre recette, très différente de la Troussepinette.

Il faut attendre les premières gelées afin que les prunelles soient blettes et donc moins acres.

Seulement voilà, je ne suis pas la seule a attendre (photo ci-dessus)..... les billes bleues ont des fans aussi nombreux que goulus !
Et celles qui tombent au sol sont vite emportées par les rongeurs et les renards qui en font des réserves caloriques pour la période hivernale.
Donc, quand je ramène ma fraise vers les prunelliers, ils sont vides, il n'y a plus que bois et épines menaçantes et je rate encore ma vinification !!!
Enfin bref, faut bien que tout le monde mange...
29188074_p.jpg
Ci-dessus, une bouteille de Troussepinette vendéenne.

En vérité, à l'origine, on disait "trousse-épinette" ou "pousse-épinette" pour une raison majeure : Ce sont les jeunes pousses (rameaux) du prunellier qui servent à l'élaboration de l'apéritif, rameaux qui poussent au-delà des redoutables épines et qui -eux- en sont dépourvus.

A l'époque, j'avais cherché sur le web une recette de Troussepinette qui soit limpide. Hélas, je n'avais trouvé que de vagues récits imprécis, jetés comme ça tout à trac.
Mais dimanche, j'avais face à moi un pro de la Troussepinette, une vraie chance, car selon lui "cet apéritif est un patrimoine générationnel qui se respecte, se transmet et se boit obligatoirement dans un verre de cantine, le modeste Duralex des familles !!"
Prunus_spinosa_130403.jpg
Comme tout fruitier (sauvage ou pas) il met les fleurs avant les feuilles.

La floraison déclenche la montée en sève, et justement, c'est cette fameuse sève qui est précieuse pour la Troussepinette !
Lorsque les fleurs tombent, des bourgeons éclatent, libérant très rapidement un nouveau feuillage vert clair.
Voilà la période précise qu'il ne faut pas rater et comme les oiseaux ne mangent pas les feuilles, tous les espoirs sont permis !

Chez moi, la transformation s'est effectuée très vite ; presque du jour au lendemain, les feuilles sont apparues.
trous.jpg
Voilà la "cueillette"...
trouss fin.jpg
... et voilà les rameaux hachés qui font trempette !

Les ingrédients de la Troussepinette pour 1 litre final :
- 1 bouteille de vin au choix (blanc, rosé ou rouge) titrant au moins 12,5°
- 20 cl d'alcool pour fruits ou alcool neutre (Vodka, Gin)
- 100 g de sucre maximum, après test, on peut baisser à 50 g ; de toutes façons, vaut mieux en rajouter si besoin car en retirer est impossible ^^
- 70 g de jeunes pousses de prunellier (les bouts des nouvelles branches) souples, sans épines et vert clair, hachées grossièrement. L'aide des ciseaux suffit, il n'y a pas de bois.

La recette :
- Chauffer (juste un peu) un verre de vin afin d'y dissoudre le sucre.
- Dans un grand bocal à couvercle, mélanger tous les ingrédients, remuer, boucher.
- Agiter chaque jour avec une pique en bois.
- Au bout de 8 jours, prélever une cuillerée de liquide et le goûter : Si le parfum d'amande amère est flagrant, c'est parfait, filtrer et mettre en bouteille qui restera au frigo pour l'apéro !
- Attention, d'un goût très agréable à une forte amertume il n'y a parfois qu'un jour d'écart. Donc on taste chaque jour après une semaine de macération.
A NOTER : La macération peut durer jusqu'à 3 semaines, cela dépend de l'âge des pousses : Plus elles sont jeunes et plus la sève se répandra vite dans le liquide.

B97198770Z.120130628175625000GB338GUC.11.jpg
Un mot sur la saveur :

Dire que j'ai été séduite, le mot est faible... Dans ma tête ce fut cash JE DOIS EN FAIRE !
Le goût hésite entre cerise noire et amande amère, j'ai tout bonnement adoré.

Divine Troussepinette (merci Jacquote d'en avoir parlé un jour), je posterai la photo finale bientôt...
Et si vous voulez en faire 5 litres d'un coup, dites-le moi, je donnerai les proportions pour ce volume.

22/04/2018

Miam, des fleurs !

fraises.jpg
La bonne nouvelle, la voilà : Les fraisiers des bois fleurissent ! Si on estime environ un mois de la fleur au fruit bien mûr, vers le 20 mai, j'aurai mal aux reins ^^
départ.jpg
"Cerisiers roses et pommiers blancs" disait la chanson...
aillère.jpg
L'ALLIAIRE est symbolique de l'intelligence de la Nature : A peine l'ail des ours est-il en train de faner que l'Alliaire montre ses feuilles ! Peu de gens y touchent pensant que c'est une ortie mais non, la feuille assez ressemblante est douce aux mains et en bouche ; elle va bien dans les salades qu'elle parfume discrètement à l'ail, bien sûr.
58c24e63365d04fbf4a66b3910135504.jpg
Une récompense : L’ANÉMONE SYLVIE, minuscule anémone originelle que les savants ont modifiée pour qu'elle soit la fleur des fleuristes que tout le monde connaît. Sa feuille -elle- n'a absolument pas changé.
image.jpg
Toute petite (entre 5 et 30 cm), délicate, fragile, timidement rose ou violine, je n'y touche qu'avec mon appareil photo.
Il y a une trentaine d'années, l'anémone sauvage a failli disparaître (trop cueillie ou piétinée), diverses campagnes de protection l'ont rendue à nos sous-bois.
Dzeguzpirkste_GS.jpg
Un grand classique des sauvageonnes : L'ORCHIS, père (ou mère) des orchidées cultivées que nous connaissons aujourd'hui ; j'ai beau en voir chaque année, il y a toujours une pointe d'émotion face à la grande classe que cette plante (souvent isolée et solitaire) dégage.

Les couleurs, les dessins sur les pétales diffèrent d'un lieu à un autre, les spécialistes en comptent des centaines d'espèces et curieusement, ce sont les hommes qui en sont les plus fous !
escarg.jpg
ÉNORME !! Plus gros qu'un Bourgogne et vu les accidents sur sa coquille, la bestiole ne doit pas être jeune... ce qui ne l'empêche pas de boulotter la tendre Cardamine.
escar.jpg
J'ai posé une pièce d'un euro pour qu'on visualise la taille de cet escargot, ça l'a agacé, il est rentré dans sa coquille en moussant de rage ^^
lunariai_biennis_mix.jpg
La LUNAIRE (ou Monnaie du Pape ou encore Herbe aux Écus) colonise et peinturlure les rochers, les ravins et les talus.
Tantôt bleue, rose vif ou blanche, son doux parfum n'est perceptible que la nuit.

Jolie plante... que je déteste parce que ma grand-mère m'obligeait pendant des heures à détacher les membranes latérales qui retiennent les graines pour dégager les fameux "écus" d'argent nacré qui finissent leur vie en bouquets tristes et poussiéreux... Beurk..
magnol.jpg
Ah, ça c'est déjà mieux ! Le MAGNOLIA dépasse de la clôture, donc j'en cueille un tout petit peu pour en faire des chips.
muflier asaret.jpg
Accroché à un rocher de schiste, enraciné dans une faille humide, le MUFLIER ASARET n'a qu'un intérêt esthétique ou botanique : Il ne sent rien, ne se mange pas (trop velu !) mais on est forcé de s'arrêter pour le regarder tant il est joli.
pumilaWG2014c.jpg
Là j'ai piqué mon coup de gueule, presque un coup de sang.

Un petit tapis d'IRIS PUMILA (iris nain, l'iris originel), cette espèce est protégée partout en Europe.
Et je vois-t-y pas une bonne femme en train d'en arracher sans ménagement ?????? Oulala...
Sourde à mes informations, elle continuait, j'ai sorti mon portable (sans réseau en ce lieu ^^) et je la préviens que j'appelle le responsable de la protection du Parc.
Le subterfuge a marché, elle a tout lâché et s'est enfuie.
M'a fallu une heure pour replanter les iris, je me suis ruiné les genoux mais demain je viendrai installer un panneau informatif et si possible, dissuasif.
Merde alors, on peut faucher du Magnolia chez un quidam mais pas des iris pumila dans la nature, non m'enfin !

Bon, je me calme en allant cueillir une barquette de violettes, quelques "coucous" et je rentre.
viole.jpg
Mises à sécher, elles rejoindront les précédentes pour de délicieuses tisanes hivernales efficaces contre la toux.
Les coucous en feront tout autant.
fleurs.jpg
Na ! Le reste du butin est vidé sur la table !
petale.jpg
Pour l'apéro, les pétales de Magnolia sont saupoudrés de sel fin...

petal.jpg
... puis passés à four très doux pour qu'ils sèchent sans trop se colorer en brun.

Dommage, ce n'était pas du Magnolia Grandiflora (l'espèce à très grandes fleurs), ces pétales manquaient de sucre et leur goût de résine était trop présent... mais bon, je les ai mangés quand même !!

C'était une matinée bien ordinaire, en somme ;-)

20/04/2018

Le Plantain a la banane ^^

piantaggine-lanceolata.jpg
Lui au moins, tout le monde le connaît !

Le Plantain agace les jardiniers, comme toutes les "mauvaises herbes"... qui pourtant nous veulent du bien.
Vous vous souvenez sans doute de cette plante si, enfant, vous avez été piqué(e) par une guêpe ou une ortie ; la maman ou la grand-mère cherchait autour d'elle une feuille de plantain pour vite l'écraser sur votre peau douloureuse.
Immédiatement, la douleur s'apaisait et disparaissait...

Le remède idéal contre les piqûres d'insectes : Réunir 3 feuilles différentes (si possible Menthe, Mauve et Plantain) pour en frotter le point sensible.
plantaggine.jpg
Son aspect unique interdit toute confusion avec une autre plante et même s'il existe 3 sortes de Plantain, toutes sont comestibles, médicinales et sans aucun danger, bien au contraire !

Le port du Plantain est dressé, ses feuilles en forme de fuseau comprennent 5 nervures parallèles en relief (photo ci-dessus), parfaitement identifiables si on regarde le dos de la feuille.

Le Plantain Lancéolé (Plantago lanceolata) pousse partout en Europe : Jardins, bords de routes, prairies, sols arides ou humifères, en plaine comme en altitude et... il adore coloniser les pelouses au grand dam de leurs propriétaires ^^
Piantaggine Corna di Bernaco 15-6-07 .jpg
Les hampes florales sont de véritables snack-bars pour les abeilles et les papillons d'abord, puis ensuite pour les petits oiseaux qui sont friands des minuscules graines du Plantain, mais pas seulement : Chaque réceptacle à graine (quasi vertical) garde l'eau de pluie assez longtemps pour offrir à boire aux oiseaux à petit bec.

Les oiseaux disparaissent, on en compte 30% de moins qu'il y a 10 ans à cause des pesticides, c'est pourquoi les survivants deviennent de plus en plus citadins.
Mais je reviens sur les PETITS oiseaux :
Plus fragiles, moins faciles à nourrir, ils ont besoin du Plantain qui leur délivre des graines riches en protéines vitales et des vitamines leur permettant de conserver un plumage et un système digestif sains.
Plantago-Lanceolata.jpg
Donc, si le Plantain envahit votre jardin, arrachez-le oui, mais ne le mettez pas au compost, jetez-le hors de votre clôture, il séchera et fera le bonheur des piafs. Les poules aussi raffolent de ses hampes florales, ainsi que les oiseaux en cage (serins, perruches, etc...)

COMPOSITION DU PLANTAIN :
Mucilages, tanins, flavonoïdes, protéines, potassium, calcium, provitamine A et vitamine C (70 mg de vitamine C pour 100 g de végétal, ce qui est énorme).
Son potentiel anti-inflammatoire, antibiotique et cicatrisant en fait une panacée aussi populaire que justifiée.

En zone pastorale, les agneaux naissent parfois avec "le mal de bouche" (une sorte d'Impétigo) qui les empêche de téter, ce qui les condamne à mort. Le berger masse les museaux avec une écrasée de feuilles et de graines de Plantain, la guérison ne se fait jamais attendre.
orecchiette.jpg
ON  LE  CUEILLE  ET  ON  LE  MANGE  !

Dès qu'on touche le Plantain, on se rend compte de sa rudesse, sa feuille développée est assez coriace, c'est pourquoi on sélectionne toujours les jeunes pousses du cœur de la plante si elles sont destinées à enrichir une salade.
insalatanatura.JPG
La feuille de Plantain est douce si elle est jeune, ensuite elle prend un peu d'amertume mais demeure très agréable en bouche ; bien sûr, la salade sera plus gourmande si on prévoit un mélange de roquette, coquelicot (les feuilles grises très dentées ci-dessus) et pissenlits, le tout sauvage naturellement ^^

LE PLANTAIN CUIT :
Quelle que soit la future recette, il faudra laver sa récolte dans l'eau vinaigrée car elle abrite divers insectes, comestibles aussi mais bon... c'est pas le sujet !

Ensuite, pour assouplir les feuilles, rien ne vaut un bref passage à la vapeur, quelques secondes suffisent.
Si vous goûtez une feuille précuite, on retrouve la saveur du haricot vert, celle de la blette et même un petit parfum de girolle...
frittata2.jpg
La plus simple des utilisations : L'omelette.

Elle n'en sera que meilleure et plus dense si on a fait cuire une pomme de terre à la vapeur, coupée en petits dés, ça prend 10' maxi. On utilise les ciseaux de cuisine pour recouper les feuilles de Plantain.

Bien entendu, comme pour toute verdure qui rencontre la chaleur, le Plantain réduit fortement de volume ; pour une belle omelette, il m'en faut un plein sac (sachet recyclable que je pique au rayon fruits et légumes du supermarché mais je leur laisse leurs fruits et légumes ^^)
IMG_1413-e1423693187410.jpg
En tourte ou en tarte, en compagnie de ce que l'on a : Autres légumes, fromage, lardons, etc...
Particolare-presentazione-spinaci-al-forno-con-uova-e-parmigiano-450x299.jpg
Ça, c'est ma petite gourmandise rurale à moi ! Plantain passé rapidos à la vapeur, étalé dans un caquelon sur un oignon doux émincé et doré à la poêle.

Un œuf est cassé en surface et hop, au four le temps que le blanc d’œuf se fige.
Et avec du pain frais, c'est excellentissime !
ricetta-erbe-selvatiche-1.jpg
Ajouté à d'autre verdure dans la soupe, le Plantain la rendra onctueuse grâce à ses mucilages mais là encore, il sera ciselé car très fibreux.
sformato-di-bietole.jpg
Pas trop d'idée pour réaliser un gros gratin ? De la Ricotta, du Plantain, le tout en béchamel si possible en compagnie du chou fleur et vogue la galère !
spaghetti-al-pesto_0943728615.jpg
Les feuilles de Plantain (jeunes si possible ou passées à la vapeur si elles sont plus âgées) donnent un Pesto vert foncé très enveloppant et délicieux.
66dcf-piantaggine-tarassaco.jpg
Et là, c'est mon second petit plaisir gustatif, parfait en période de tomates de plein champ sinon tomates en conserve  :

Un oignon rissolé, une gousse d'ail écrasée, les feuilles de plantain obligatoirement ciselées en raison de ses longues fibres, du thym, du basilic et des tomates. Une pincée de sucre pour casser l'acidité ambiante, le tout arrosé d'huile d'olive, bien salé et poivré !
altra.jpg
Une nourriture gratuite, pleine de bienfaits pour l'homme et les animaux, forcément biologique et si facile à reconnaître...