Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2018

Miam, des fleurs !

fraises.jpg
La bonne nouvelle, la voilà : Les fraisiers des bois fleurissent ! Si on estime environ un mois de la fleur au fruit bien mûr, vers le 20 mai, j'aurai mal aux reins ^^
départ.jpg
"Cerisiers roses et pommiers blancs" disait la chanson...
aillère.jpg
L'ALLIAIRE est symbolique de l'intelligence de la Nature : A peine l'ail des ours est-il en train de faner que l'Alliaire montre ses feuilles ! Peu de gens y touchent pensant que c'est une ortie mais non, la feuille assez ressemblante est douce aux mains et en bouche ; elle va bien dans les salades qu'elle parfume discrètement à l'ail, bien sûr.
58c24e63365d04fbf4a66b3910135504.jpg
Une récompense : L’ANÉMONE SYLVIE, minuscule anémone originelle que les savants ont modifiée pour qu'elle soit la fleur des fleuristes que tout le monde connaît. Sa feuille -elle- n'a absolument pas changé.
image.jpg
Toute petite (entre 5 et 30 cm), délicate, fragile, timidement rose ou violine, je n'y touche qu'avec mon appareil photo.
Il y a une trentaine d'années, l'anémone sauvage a failli disparaître (trop cueillie ou piétinée), diverses campagnes de protection l'ont rendue à nos sous-bois.
Dzeguzpirkste_GS.jpg
Un grand classique des sauvageonnes : L'ORCHIS, père (ou mère) des orchidées cultivées que nous connaissons aujourd'hui ; j'ai beau en voir chaque année, il y a toujours une pointe d'émotion face à la grande classe que cette plante (souvent isolée et solitaire) dégage.

Les couleurs, les dessins sur les pétales diffèrent d'un lieu à un autre, les spécialistes en comptent des centaines d'espèces et curieusement, ce sont les hommes qui en sont les plus fous !
escarg.jpg
ÉNORME !! Plus gros qu'un Bourgogne et vu les accidents sur sa coquille, la bestiole ne doit pas être jeune... ce qui ne l'empêche pas de boulotter la tendre Cardamine.
escar.jpg
J'ai posé une pièce d'un euro pour qu'on visualise la taille de cet escargot, ça l'a agacé, il est rentré dans sa coquille en moussant de rage ^^
lunariai_biennis_mix.jpg
La LUNAIRE (ou Monnaie du Pape ou encore Herbe aux Écus) colonise et peinturlure les rochers, les ravins et les talus.
Tantôt bleue, rose vif ou blanche, son doux parfum n'est perceptible que la nuit.

Jolie plante... que je déteste parce que ma grand-mère m'obligeait pendant des heures à détacher les membranes latérales qui retiennent les graines pour dégager les fameux "écus" d'argent nacré qui finissent leur vie en bouquets tristes et poussiéreux... Beurk..
magnol.jpg
Ah, ça c'est déjà mieux ! Le MAGNOLIA dépasse de la clôture, donc j'en cueille un tout petit peu pour en faire des chips.
muflier asaret.jpg
Accroché à un rocher de schiste, enraciné dans une faille humide, le MUFLIER ASARET n'a qu'un intérêt esthétique ou botanique : Il ne sent rien, ne se mange pas (trop velu !) mais on est forcé de s'arrêter pour le regarder tant il est joli.
pumilaWG2014c.jpg
Là j'ai piqué mon coup de gueule, presque un coup de sang.

Un petit tapis d'IRIS PUMILA (iris nain, l'iris originel), cette espèce est protégée partout en Europe.
Et je vois-t-y pas une bonne femme en train d'en arracher sans ménagement ?????? Oulala...
Sourde à mes informations, elle continuait, j'ai sorti mon portable (sans réseau en ce lieu ^^) et je la préviens que j'appelle le responsable de la protection du Parc.
Le subterfuge a marché, elle a tout lâché et s'est enfuie.
M'a fallu une heure pour replanter les iris, je me suis ruiné les genoux mais demain je viendrai installer un panneau informatif et si possible, dissuasif.
Merde alors, on peut faucher du Magnolia chez un quidam mais pas des iris pumila dans la nature, non m'enfin !

Bon, je me calme en allant cueillir une barquette de violettes, quelques "coucous" et je rentre.
viole.jpg
Mises à sécher, elles rejoindront les précédentes pour de délicieuses tisanes hivernales efficaces contre la toux.
Les coucous en feront tout autant.
fleurs.jpg
Na ! Le reste du butin est vidé sur la table !
petale.jpg
Pour l'apéro, les pétales de Magnolia sont saupoudrés de sel fin...

petal.jpg
... puis passés à four très doux pour qu'ils sèchent sans trop se colorer en brun.

Dommage, ce n'était pas du Magnolia Grandiflora (l'espèce à très grandes fleurs), ces pétales manquaient de sucre et leur goût de résine était trop présent... mais bon, je les ai mangés quand même !!

C'était une matinée bien ordinaire, en somme ;-)

Commentaires

Bonjour à toutes et beau dimanche ensoleillé.
Merci pour les infos, grâce à toi je vais pouvoir continuer mes ballades botanico/culinaires...
Je rentre d'une grande marche dans la forêt noire comme je suis dans l'est de la France et ici le temps est merveilleux. Bises

Écrit par : Millenium | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Eh bien! tu as vraiment bien fait de déménager Maryse! Ta nouvelle région foisonne de plantes.
Tu es une herboriste accomplie: que de connaissances tu partages avec nous. Merci. Et tes photos sont magnifiques.

Écrit par : Adeubé | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Coucou du dimanche enfin chaud et ensoleillé.
Bravo pour ton coup de gueule Maryse. Respectons la nature.
Alors avant dans les bois je regardais sans savoir et maintenant j'observe en pensant à tes précieux conseils. Hélas j'en sais pas plus.
Prochainement un atelier des plantes et fleurs comestibles sera organisé par l'OT auquel je vais m'inscrire.

Écrit par : Cocotte | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ah ça c'est top Cocotte, bonne idée, j'espère juste que l'atelier sera plus basé sur la découverte et l'identification que sur la science qui fait souvent iech tout le monde pour un premier contact ^^

Écrit par : Maryse | 22/04/2018

Profite à fond Millenium, superbe forêt noire, un paradis pour les champignons ! et bon dimanche à tout le monde !!!

Je connais pourtant bien les Cévennes, mais là, comme ce matin, Adeubé, je suis sur le cul !! Chaque jour je vous remercie et je me félicite d'avoir rejoint la verdure parce chaque jour je découvre des nouveautés, des merveilles comme les pivoines sauvages, trop belles et encore des asperges bien cachées mais par contre, j'ai beau traquer la morille, pas moyen d'en choper ^^ Ça va viendre ;-)

Écrit par : Maryse | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

C'est nous Maryse qui te remercions: c'est toi qui vadrouilles partout pour notre plus grand plaisir et pour notre enrichissement. Merci à toi et bonne journée à tous.

Écrit par : Adeubé | 23/04/2018

Bonjour. C'est peut être idiot mais ça me fait toujours plaisir de voir des personnes aussi passionnées que vous par la nature. Je vis entourée de montagnards qui ne pourraient vivre ailleurs, totalement enracinés dans leur cirque mais vous êtes la première qui " profite " autant des dons de la nature, ce qui demande aussi une sacrée connaissance des plantes.
Ps : mon ami a trouvé les premières morilles ;)

Écrit par : Valérie | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Les "locaux" Valérie, savent qu'ils ont un patrimoine naturel à portée de main mais rares sont ceux qui y touchent. C'est un constat que j'ai pu faire aussi en Ardèche, en Lozère et en Haute-Marne.
Un peu comme si... ce qui n'est pas cultivé par l'homme pour l'homme (les plantes sauvages donc) n'appartenait qu'aux animaux.
Il y a même parfois un certain mépris pour les récoltes de peu de valeur ou un amusement, je m'explique :
- Mépris : En Cévennes, on laisse en place les tricholomes de la St Georges, les rosés des prés, les morilles (bravo à ton ami !!), les trompettes de la mort, les girolles... Seul le cèpe EST un champignon digne de ce nom !
Quand je dis à un local "j'ai trouvé des champignons" il traduit "j'ai trouvé des cèpes" puisque aucun autre n'a de valeur ^^
- Amusement : Si je montre le contenu de mon panier en expliquant "ça c'est du panais, ça du salsifis, etc..." ça fait sourire ! Les cueilleurs passent pour des gentils cinglés qui n'ont rien d'autre à foutre ; les légumes, ça se cultive ou ça s'achète au marché! Point barre.

Écrit par : Maryse | 23/04/2018

J’ aimerais bien voir les pivoines sauvages....

Écrit par : Tomyam | 22/04/2018

Répondre à ce commentaire

Tomyam, tu devrais en trouver en lisière des bois ou dans les clairières, il lui faut une exposition ensoleillée et non ventée.
Comme pour l'anémone, la feuille très découpée est absolument identique à la variété cultivée, par contre, elle ne présente qu'un seul rang de pétales (rouges le plus souvent) alors que la pivoine du fleuriste en compte énormément, tous imbriqués les uns dans les autres formant une boule.
Je précise que le parfum est identique aussi !!
J'ai repéré un massif en boutons, si personne n'y touche (j'ai des doutes, le massif est en bordure de chemin de rando), je ferai des photos et j'espère que personne n'y touchera, la plante étant protégée.
La pivoine officinale a besoin de certains insectes pour être pollinisée et comme les traitements des cultures tuent les insectes... on devine la suite.
Un peu comme la truite, la pivoine est LE signe d'un lieu non pollué ^^

Écrit par : Maryse | 23/04/2018

ici il y en a des morilles et des trompettes, mais je ne les trouve pas, ma belle soeur et mon beau père sont très forts par contre, mais toujours dans le respect de ce que la famille peut consommer..Mais il y a "des spécialistes" qui viennent à 3 ou 4 et qui avancent de front grrr..Pour les rosés des prés pas de problème, je les vois..Jamis vu non plus d'iris sauvages, seuls de iris d'eau dans la serve près du jardin.
La nature est source d'émerveillement, quel bonheur! merci de nous faire partager tout ça!

Écrit par : Isa38 | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ah oui je vois... les cueilleurs en troupe organisée qui s'empressent de vendre leur récolte ensuite...
Je suis ravie que le Parc des Cévennes ait mis une règlementation en place parce que ces salopards ne respectent rien et saccagent la nature.
En tous cas, prudence Isa, crue la morille est toxique (des fois que des enfants soient tentés !) elle a besoin d'un 1/4 d'heure de cuisson à feu vif pour devenir une sage gourmandise !

Écrit par : Maryse | 23/04/2018

Bonjour
Me voilà à la campagne, et je vais profiter de cette semaine pour repérer les plantes sauvages en espérant que le temps reste au beau fixe.
Déjà du plantain à mes pieds.
Bonne journée

Écrit par : Martine | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Martine, on te souhaite un bon séjour au calme et au bon air, en espérant que les pollens ne soient pas encore trop dispersés, je sais que tu "crains" !

Écrit par : Maryse | 23/04/2018

Salut Maryse, tu as l'air de bien profiter de ton nouveau lieu d'habitation. ça fait chaud au coeur !
Je t'embrasse,
Isabelle

Écrit par : Isabelle95 | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Tu vois juste, Isabelle ;-) et moi aussi je te bisouille !

Écrit par : Maryse | 23/04/2018

Écrire un commentaire