Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2016

Il y a ce que l'on dit et il y a ce que l'on fait

TOUS NIÇOIS

   Après les attentats (Paris, Bruxelles, Nice) les journalistes nous proposent des micro-trottoirs "à chaud" où la grande majorité des interviewés affirme que l'on doit continuer à vivre, à ne rien changer de nos habitudes, à sortir, à voyager, etc...

Le dire mais ne pas le faire.
Car les observateurs sont unanimes et avancent des chiffres : Le CAC 40 s'effondre, le groupe hôtelier Accor note – 4% de fréquentation depuis l'attentat de jeudi à Nice, la France –qui tenait la 5ième place mondiale des pays touristiques– dégringole à la 9ième place.

Bronzette-sur-la-plage-du-Couchant_carousel_landscape.jpg
La plage n'a jamais été aussi déserte pour un 16 juillet.

En Languedoc-Roussillon (qui compte la plus forte concentration de plages privées en France), le tourisme enregistre une baisse abyssale de – 30%.

Perso, en simple spectateur local, je vois les tables des restaurants très peu occupées, en particulier le soir.
Tous les commerçants saisonniers font la gueule, le client se fait rare et depuis jeudi, encore plus rare.
J'espère que la montagne aura récupéré ces touristes-là...
Les plages privées (où les fiestas peuvent être assimilées à de la débauche par les extrémistes) sont beaucoup moins fréquentées cette année.
Une plage privée "tourne" entre 70 000 et 100 000 euros par soirée ; actuellement, ce chiffre d'affaire se divise par 2, voire par 3.

La-Grande-Pyramide-Cradit-.jpg
La Grande Motte by night ne fait plus rêver, elle fait peur.

La peur a gagné du terrain surtout quand des rumeurs effrayantes insinuent que les plages françaises seront bombardées par des drones très obéissants...

Alors est-ce bien raisonnable d'affirmer qu'on ne changera rien de ses habitudes ?
Les psy sont formels sur ce sujet : Les gens ont peur et doivent le reconnaître, l'accepter et le dire.
La peur est humaine et sauf erreur de ma part, NON, plus personne ne vivra comme "avant".

Commentaires

Bien sûr que l'on ne vit déjà plus comme avant. Pour moi la peur ce n'est pas se cacher mais être attentif car malheureusement ce n'est pas terminé, loin de là.
Alors oui je n'ai pas honte de dire que je ne me sens pas aussi tranquille qu'avant, j'avais déjà horreur de la foule alors là ce n'est pas près de s'arranger.
Et surtout je ne peux plus entendre cet espèce de discours lénifiant qui nous serine que oui, c'est la faute à internet, responsable de supposées radicalisations. Et pourquoi pas de l'hypnose à distance tant qu'on y est ?
Il est temps que nos responsables regardent la situation bien en face et acceptent leur manque de réactivité et puis peut-être retrouvent une qualité qui leur fait cruellement défaut : le courage !
Oui, je crois que ce soir je suis très en colère car ces extrémistes, ces lâches, s'attaquent à mon pays.

Écrit par : Katell29 | 16/07/2016

Bonjour ! Je fais partie de ceux qui disent ne pas avoir peur, et n'ont pas peur ...
Certes les choses ont changé, je suis probablement devenue plus vigilante, mon regard est plus méfiant, je prête attention à des choses que je ne remarquais pas auparavant, je suis même parfois soupçonneuse, j'analyse des situations qui me paraissaient autrefois anodines, mais pour moi, ce n'est pas de la peur. Tout au plus un regard nouveau sur notre société, une prise de conscience d'un danger d'une nouvelle sorte, qui vient s'ajouter à ce qui existait déjà et sur quoi on n'a pas davantage de prise, comme une agression gratuite dans la rue, un accident de la route, ou encore une maladie incurable et potentiellement mortelle. C'est d'ailleurs comme ça que je vois cette menace : un cancer qui ronge la société française (et occidentale dans son ensemble) et contre lequel on n'a pas encore de remède.

Écrit par : zaz | 17/07/2016

Bonjour et malgré tout, bon dimanche à vous toutes !

Méfiance, colère... comme vous deux Katell et Zaz, je crois que personne ne reste insensible, avec ou sans la peur.
On ne pense pas immédiatement aux conséquences des menaces sur l'économie et pourtant, c'est un aspect très dangereux dont toute la population risque de pâtir à plus ou moins long terme.
Une certitude : Pas de hollandais, de belges, d'anglais ou d'asiatiques cette année chez moi ! Même les allemands ont filé direct vers l'Espagne sans halte dans ce Sud qu'ils aiment tant.

Je n'avais jamais vu "mes" plages aussi nickel, fini les monceaux de bouteilles, les reliefs de repas tardifs : Il n'y a pas un chat sur le sable et pas une seule tente de camping plantée dans la dune, alors que l'an dernier elles poussaient pire que des champignons après la pluie !
C'est une vision étrange, un territoire désertique.
Ce matin, je discutais avec de très jeunes gens. Les parents leur ont interdit d'aller sur la plage, ils les ont emmenés à la discothèque et reviennent les chercher. Pas de feu de camp, pas de musique à fond...
Je leur ai demandé comment ils vivaient cette nouvelle vie. Ils pensent que les parents exagèrent, je les ai trouvé assez fatalistes mais empreints de la peur de leurs familles devant laquelle ils s'inclinent.
C'est un peu dommage que les jeunes soient si sages en juillet-août !!

Écrit par : Maryse | 17/07/2016

C'est vrai qu'on devient plus attentif. Le lendemain des atteentats à Bruxelles, le métro était quasiment vide. Moi je le prenais, mais on devient attentif la première personne qui se mouche, qui a un gros sac, qui parle plus fort ....etait observée. A présent, le métro est de nouveau plein, par contre le centre ville est encore un peu vide.

Écrit par : cecile75 | 18/07/2016

Bonjour la compagnie !
Les gens sont bien obligés de reprendre les transports en commun, c'est sûr Cécile, il faut aller au boulot mais comme tu dis, on est plus attentif.

Ici, le désert perdure ! Un matin de 18 juillet, pas un seul matou sur la plage... Là on est dans le jamais vu.
Par contre, on dirait que la mobilité devient une forme d'échappatoire aux bains de foule car jamais il n'y a eu autant de camping-cars. L'aire de stationnement qui leur est dédiée étant bondée, ils s'arrêtent une nuit sur la route des plages. Il y a les douches tout le long, c'est pratique et le lendemain matin, ce ne sont plus les mêmes... Ça roule, ça ne reste pas.
Mais je regrette beaucoup que cette population ignore ce qu'est une poubelle et laisse ses sacs de cochonneries le long de la route. Affreux !

Écrit par : Maryse | 18/07/2016

Bonjour à tous
Oui on devient méfiant, aux différents comportement des une et des autres, quand on habite une grande ville il y a de quoi raconter.....Mais il faut travailler faire ses courses, donc bien obligé de se déplacer.
Sur port leucate du monde des étrangers, ça c est bien là première année que j en voies autant et contrairement à toi Maryse les plages sont pleines, je trouve que cette année il y a beaucoup de monde pour ce petit port.
On verra au fil des jours si ce monde.reste,en tout le cas beaucoup de monde en direction de l Espagne.
Bon lundi

Écrit par : Martine | 18/07/2016

bonsoir tout le monde

tellement d'accord avec toi Maryse ; pas si facile de faire comme si..et d'entonner après le KO total parce que la barbarie est répétitive le bravache et puéril "même pas mal" des enfants ...
Parce que voilà , petit détail : nous ne sommes pas des enfants et nous ne croyons plus du tout à la méthode Coué pour nous protéger et surtout protéger nos enfants.
Perso , je suis effondrée ...

Et ce qui m'insupporte c'est d'entendre des élus protégés par un service d'ordre bien fourni faire un discours paternaliste au petit peuple exposé genre : soyez courageux, soufflez sur vos blessures , une minute de silence et hop, la vie reprend: travaillez et consommez, consommez ...

sauf que , chère Maryse, tu fais justement remarquer que ça ne marche plus près de chez toi ..et j'ai eu d'autres témoignages qui vont dans le même sens ,un peu partout .

le moment est peut être venu de parler vrai enfin et d'oser dire la peur, l'angoisse,la révolte et de s'interroger... pourquoi n'aurait- on pas le droit de dire qu'on est inquiet ,qu'on doute d'être bien protégé et qu'on va désormais faire des choix différents ?
sans se sentir moins courageux pour autant ....

Écrit par : jacquote | 19/07/2016

Ravie de te lire, Jacquote, merci d'être venue !

Que l'on doute d'être bien protégé, c'est rien de le dire.
Nice est la deuxième ville la plus vidéosurveillée de France après Paris ; en parallèle, alors que la circulation est coupée par des barrières sur le lieu du feu d'artifices, un camion blanc de 16 tonnes franchit cet interdit, roule lentement, tout seul, sans la moindre intervention ou interrogation....
On ne prendrait pas un peu les gens pour des gogols, là ?!

Malgré tout, on ne peut pas mettre un vigile derrière chaque personne, c'est évident, le risque zéro n'existera jamais.

Les menaces sur le Languedoc perdurent, et encore, on ne nous dit pas tout, il vaut sans doute mieux ne pas accroître la psychose !
Le maire de Montpellier annule toutes les festivités, pas de Gay Pride (la plus importante "marche des diversités" en Europe), et fini les concerts nocturnes.

Du coup, en plus des terroristes, on va avoir les frustrés !!

Écrit par : Maryse | 20/07/2016

Les commentaires sont fermés.